Linux IP Masquerade HOWTO (version française)

David Ranch (version orginale), dranch@trinnet.net
Pejvan AHMAD-BEIGUI (traduction - v1.95-b : le 28 juin 2001), pejvan.ahmad-beigui@ensimag.imag.fr

v1.95, November 14, 2000
Ce document décrit la mise en application de l'IP Masquerading sur une machine Linux. IP Masq est une forme de Traduction d'Adresse Reseau (Network Address Translation ou NAT en anglais) qui permet à un ou plusieurs ordinateurs qui ne possédent pas d'adresses IP, de communiquer sur Internet grâce à l'unique adresse IP d'une machine Linux. Ces ordinateurs étant connectés de manière interne sur le serveur Linux.

1. Introduction

1.1 Introduction à l'IP Masquerading ou IP MASQ en abrégé

Ce document décrit la mise en application de l'IP Masquerading sur une machine Linux. IP Masq est une forme de Traduction d'Adresse Reseau (Network Address Translation ou NAT en anglais) qui permet à un ou plusieurs ordinateurs, qui ne possèdent pas d'adresses IP, de communiquer sur Internet grâce à l'unique adresse IP d'une machine Linux. Ces ordinateurs étant connectés de manière interne sur le serveur Linux. Cette connexion peut se faire avec les différentes techonologies LAN (Local Area Networks ou en français, réseaux locaux) tels que Ethernet, TokenRing, FDDI mais aussi par d'autres types de connexions tels que le PPP ou le SLIP. Ce document utilisera Ethernet comme exemple principal puisque c'est le scenario le plus commun.

Ce document se destine aux utilisateurs d'un des deux noyaux stable Linux : 2.0.38+ et 2.2.17+ sur un compatible PC (NDT : j'utilise comme routeur linux un vieux Sparc Classic et ca fonctionne parfaitement). Les noyaux plus anciens tels que 1.2.x, 1.3.x, et 2.1.x NE sont PAS traités dans ce document et, peuvent être considérés comme défectueux pour certaines versions. Nous vous recommandons de faire la mise à jour vers un des noyaux Linux stables avant d'utiliser l'IP Masquerading. Les nouveaux noyaux 2.3 et 2.4 avec le nouveau code NetFilter ne sont pas encore traités mais les URLs sont fournis ci-dessous. Une fois que les caractéristiques de Netfilter seront finalisées, le nouveau code sera traité dans ce HOWTO.

Si vous voulez configurer IP Masq sur un Macintosh, contactez par email (en anglais) Taro Fukunaga, tarozax@earthlink.net pour recevoir une copie de sa version abregée du HOWTO pour MkLinux.

1.2 Avant-Propos, Feedback & Credits

En tant que nouvel utilisateur, j'ai trouvé la configuration de l'IP masquerade sous Linux très déroutante (noyau 1.2.x à cette époque). Bien qu'il y ait eu une FAQ et une mailing list, il n'avait pas de document dedié. Il y avait aussi de la demande sur la mailing list pour un tel HOWTO. J'ai alors decidé d'écrire ce HOWTO comme point de départ pour les nouveaux utilisateurs et de poser les fondations qui permettraient aux autres utilisateurs de l'étoffer dans le futur. Si vous avez des suggestions, des corrections, etc. à nous soumettre au sujet de ce document pour nous permettre de l'améliorer, n'hesitez pas.

Ce document était basé sur la FAQ originale de Ken Eves, et des nombreux messages salutaires de la mailing list de l'IP Masquerade. Je remercie tout particulierement M. Matthew Driver dont le message sur la mailing list m'a inspiré l'organisation et finalement la rédaction de ce document. Dernièrement, David Ranch a réécrit ce HOWTO et a ajouté un nombre conséquent de sections pour le rendre aussi complet que possible.

Envoyez nous vos feedbacks et commentaires (en anglais) à ambrose@writeme.com et dranch@trinnet.net si vous avez des corrections à nous soumettre ou si des information/URLS/etc. manquent. Si vous avez des commentaires sur la traduction de ce document, ou des erreurs/améliorations à signaler, vous pouvez me contacter a : pejvan.ahmad-beigui@ensimag.imag.fr. Votre aide inestimable va certainement influencer la prochaine version de ce HOWTO !

Ce HOWTO est destiné à être aussi complet que possible pour permettre la mise en place de votre réseau ipmasqueradée aussi rapidement que possible. David n'est pas un rédacteur technique professionnel. Vous pourrez donc trouver les informations de ce document pas assez généraux et/ou objectifs. Les dernières news et infos concernant ce HOWTO et les autres détails sur l'IP MASQ se trouvent à l' IP Masquerade Resource, site web que nous mettons à jour activement. Si vous avez des questions techniques sur l'IP Masquerade, contactez SVP la Mailing List plutôt que d'envoyer un email à David. La plupart des problèmes sur l'IP MASQ sont les mêmes pour TOUS et peuvent être facilement résolus par quelqu'un sur la Mailing List. De plus, la réponse vous parviendra bien plus rapidement sur la liste que le reply de David.

La dernière version de ce document se trouve (sous differents formats dont l'HTML et le PostScript) sur les sites suivants

1.3 Copyright & Désistement

Ce document est copyright(c) 2000 David Ranch pour la version originale et copyright(c) 2001 Pejvan AHMAD-BEIGUI pour la version française et est un document GRATUIT. Vous pouvez le redistribuer suivant les termes de la GNU General Public License.

Les informations contenues dans ce document, sont à notre connaissance, corrects. Cependant, lIP Masquerading de Linux est écrits par des humains et peut donc contenir des erreurs, bugs, etc.

Aucune personne, groupe ou autre organisme ne peut etre tenu responsable des dommages causés à votre (vos) ordinateur(s) ou des pertes dus à l'utiisations des informations de ce document. i.e :

LES AUTHEURS ET LES PERSONNES PARTICIPANT AU DEVELOPPEMENT DE CE DOCUMENT NE PEUVENT ETRE TENUS RESPONSABLES DES DOMMAGES CAUSES PAR L'UTILISATION DES INFORMATIONS CONTENUES DANS CE DOCUMENT.

Ok, avec tout ca dernière nous... que le spectacle commence.

2. Connaissances Préliminaires

2.1 Qu'est-ce que l'IP Masquerade?

L'IP Masquerade est une fonctionnalité réseau de Linux similaire à la Translation d'Adresse Réseau un-vers-plusieurs que l'on trouve dans beaucoup de firewalls et de routeurs commerciaux. Par exemple, si une machine Linux est connectée à Internet via PPP, Ethernet, etc., l'IP Masquerading permet aux ordinateurs "internes" connectés à cette machine Linux (via PPP, Ethernet, etc.) d'accéder aussi à Internet. L'IP Masquerading fonctionne même si ces machines internes n'ont pas d'adresses IP officielles.

MASQ permet à un groupe de machines d'avoir accès à Internet via la passerelle MASQ de manière transparente. Pour les autres ordinateurs connectés à Internet, tout le traffic généré va sembler provenir du serveur Linux IP MASQ lui-même. En plus de ces fonctionnalités, IP Masquerade fournit les bases de la création d'un environnement réseau de HAUTE sécurité. Avec un firewall bien configuré, casser la securité d'un système de masquerading et d'un LAN interne bien configuré devrait être très difficile.

Si vous voulez savoir en quoi MASQ diffère des solutions 1:1 NAT and Proxy, reportez vous à la partie what-is-masq de la FAQ.

2.2 Situation Actuelle

IP Masquerade est sorti il y a plusieurs années maintenant et il est plutôt mature depuis les noyaux 2.2.x. Depuis le noyau 1.3.x, Linux est fourni avec MASQ. Aujourd'hui de nombreuses personnes et entreprises l'utilisent avec d'excellents résultats.

Les utilisations courantes du réseau tels que la navigation Web, les TELNET, PING, TRACEROUTE, etc. fonctionnent bien avec IP Masquerade. D'autres types de communications, tels que FTP, IRC, et Real Audio fonctionnent bien avec les modules IP MASQ appropriés chargés en memoire. Certains programmes réseaux tels que les streaming audio (MP3s, True Speech, etc.) fonctionnent aussi. Quelques personnes sur la mailing list ont même réussi à obtenir de bons résultats avec des logiciels de video conferencing.

A noter aussi que faire de l'IP Masquerading avec UNE seule carte réseau (NIC) pour MASQuer entre des réseaux Ethernet interne et externe N'est PAS recommandé. Pour plus de détails, reportez vous SVP à la partie aliasing de la FAQ.

Dans tous les cas, reportez vous SVP à la partie Supported Client Software pour une liste plus complète des logiciels fonctionnant sous IP MASQ.

IP Masquerade fonctionne bien comme serveur pour des 'machines clientes' tournant sous différents systèmes d'exploitations (operating sytems ou OS en anglais) et différents materiels dont :

Cette liste continue encore et toujours mais ce qu'il faut bien comprendre, c'est que si votre OS comprend le TCP/IP, il devrait fonctionner avec l'IP Masquerade !

2.3 Qui Peut Profiter de l'IP Masquerade?

2.4 Qui n'a pas besoin d'IP Masquerade ?

2.5 Comment fonctionne IP Masquerade ?

Tiré de la FAQ sur l'IP Masquerade de Ken Eves:

  Voici un dessin de la configuration la plus simple:

   SLIP/PPP         +------------+                         +-------------+
   vers votre FAI   |  Linux     |         SLIP/PPP        | un          |
  <---------- modem1|    #1      |modem2 ----------- modem3| ordinateur  |
    111.222.121.212 |            |           192.168.0.100 |             |
                    +------------+                         +-------------+


    Sur le dessin ci-desus, une machine Linux, Linux #1, avec IP_MASQUERADING d'installe
    est connecte a Internet par le modem1 via SLIP/ou/PPP. Elle a une adresse IP publique :
    111.222.121.212. Elle a aussi un modem2 qui permet a l'appelant des connexions SLIP/ou/PPP.

    La seconde machine (qui n'a pas besoin de tourner sous Linux) ce connecte a la machine 
    Linux #1 et commence une session SLIP/ou/PPP. Elle N'a PAS d'adresse IP publique
    sur Internet c'est pourquoi elle utilise l'adresse privee 192.168.0.100 (voir ci-dessous).

    Avec IP Masquerade et une configuration de routage correcte, la machine "un ordinateur" 
    peut interagir avec Internet comme si elle y etait directement connectee (a quelques
    petites exceptions pres).

Citons Pauline Middelink:
  N'oublions pas de mentionner le fait que la machine "un ordinateur" doit avoir Linux #1
  configure comme sa passerelle (que ca soit la route par defaut ou juste un sous reseau
  n'a pas d'importance). Si la machine "un ordinateur" ne peut pas faire ca, alors la
  machine Linux doit etre configuree de telle sorte que le proxy arp fonctionne pour toute
  les adresses de routage. Mais la mise en place et la configuration d'un proxy arp depasse
  le cadre de ce document.
  
L'extrait suivant est tire d'un post sur comp.os.linux.networking qui a ete modifie
de facon a tenir compte des noms utilises dans l'exemple precedent :

   o Je dis a la machine "un ordinateur" que mon Linux, connecte via PPP ou SLIP, est
   sa passerelle.
   o Quand un paquet provenant d"un ordinateur" arrive a ma machine Linux, elle va lui
   assigner un nouveau numero de port source TCP/IP et va coller sa propre adresse IP
   dans l'entete du paquet, tout en sauvegardant l'entete originale. Le server MASQ
   va ensuite envoyer le paquet ainsi modifie sur Internet via son interface SLIP/PPP.
   o Quand un paquet arrive d'Internet vers la machine Linux, Linux va examiner si son
    numero de port est l'un des numeros qu'il avait assigne precedement. Si c'est le cas,
    le server MASQ va recuperer le port et l'adresse IP originale et les remettre dans
    l'entete de paquet qui est revenu. Enfin Linux va renvoyer ce paquet a la machine 
    "un ordinateur".
   o La machine qui a envoye le paquet ne fera pas la difference. 

Un Autre Exemple d'IP Masquerading :

Un exemple typique est donné dans le diagramme ci-dessous :


    +----------+
    |          |  Ethernet
    | A        |::::::
    |          |.2   : 192.168.0.x
    +----------+     :
                     :      +----------+   PPP   
    +----------+     :   .1 |  Linux   |   link
    |          |     :::::::| Masq-Gate|:::::::::::::::::::// Internet
    | B        |::::::      |          |  111.222.121.212
    |          |.3   :      +----------+
    +----------+     :
                     :
    +----------+     :
    |          |     :
    | C        |::::::
    |          |.4    
    +----------+  
                
    |                       |          |
    | <- Reseau Interne --> |          | <- Reseau Externe ---->
    |                       |          |

Dans cet exemple, il y a (4) ordinateurs qui méritent notre attention. Il y a aussi sans doute quelque chose tout à droite d'où provient votre connexion PPP à Internet (serveur terminal, etc.) et il y a aussi un serveur distant (très très loin de la droite de cette page) sur Internet avec qui vous voulez communiquer. Le serveur Linux Masq-Gate est la passerelle d'IP Masquerading pour TOUT le réseau interne constitué des machines A, B et C. C'est par là que se fera leur accès à Internet. Le réseau interne utilise une des adresses reservées pour les réseaux privés par le RFC-1918. Dans notre cas, c'est les adresses de Classe C 192.168.0.0. Le serveur Linux a l'adresse 192.168.0.1 alors que les autres ordinateurs ont les adresses suivantes :

Les trois machines, A, B et C, peuvent tourner sous n'importe quel système d'exploitation pour peu qu'ils puissent communiquer par TCP/IP. Les OS tels que Windows 95, Macintosh MacTCP ou OpenTransport et Linux peuvent se connecter à d'autres machines sur Internet. Lorsqu'il est lancé, le serveur IP Masquerade ou portail MASQ convertit toutes les connexions internes de telle sorte qu'ells semblent provenir du passerelle MASQ lui même. MASQ reconvertit ensuite les données qui lui reviennent sur un port masqueradé et ces données sont renvoyées vers la machine qui en est à l'origine. A cause de cela, les ordinateurs du réseau interne voient une route directe vers Internet et ne sont pas au courant que leurs données sont masqueradées. C'est ce que l'on appelle une connexion "transparente".

NB: Vous pouvez vous reporter à FAQ pour de plus amples détails sur les sujets tels que :

2.6 Configurations Requises pour IP Masquerade sous Linux 2.2.x

** Reportez vous SVP à l' IP Masquerade Resource pour les informations les plus récentes**

2.7 Configurations Requises pour IP Masquerade sous Linux 2.3.x and 2.4.x

** Reportez vous SVP à l' IP Masquerade Resource pour les informations les plus récentes**

Reportez vous SVP à l' IP Masquerade Resource pour plus d'informations sur ces patches ou d'autres eventuels patches.

2.8 Configurations Requises pour IP Masquerade sous Linux 2.0.x

** Reportez vous SVP à l' IP Masquerade Resource pour les informations les plus récentes**

3. Installer IP Masquerade

Si votre réseau privé contient quelqu'information vitale, vous devez soigneusement réflechir en terme de SECURITE avant d'utiliser IP Masquerade. Par defaut, IP MASQ devient une passerelle pour vous permettre d'acceder à Internet mais il peut aussi permettre à quelqu'un de s'introduire à partir d'Internet sur votre réseau interne.

Une fois que vous avez IP MASQ qui fonctionne, il est VIVEMENT recommandé d'utiliser un jeu de règles du sécurité largement supérieur, que nous appellerons STRONG (STRONG IPFWADM/IPCHAINS firewall ruleset en anglais) dans la suite. Vous pouvez vous reportez aux sections Strong-IPFWADM-Rulesets et Strong-IPCHAINS-Rulesets plus loin dans le texte pour plus de détails.

3.1 Compiler un noyau avec les fonctionnalités d'IP Masquerade

Si votre distribution Linux possède déjà toutes les fonctions nécessaires tels que : et que tous les modules relatif à MASQ y soient compilés (la plupart des noyaux modulaires vont avoir ce dont vous avez besoin), vous N'aurez PAS besoin de recompiler un noyau. Si vous ne savez pas si votre distribution Linux est pret pour MASQ, reportez vous à la section MASQ-supported-Distributions . Si vous ne faites pas confiance à cette liste, ou que votre distribution n'y est pas listée, essayez les tests suivants :

Si oui, c'est que votre noyau est fin pret !

Si vous ne trouvez aucun des fichiers précités ou si votre distribution ne permet pas l'IP Masquerading par défaut, SUPPOSEZ QU'IL NE PERMET PAS l'utilisation de MASQ par defaut ! Dans ce cas, vous allez devoir compiler un noyau... mais ne vous inquietez pas, ce n'est pas difficile.

Que la compatibilité soit native ou pas sur votre distribution, la lecture de cette section est VIVEMENT recommandée parce qu'elle contient d'autres informations utiles.

Noyaux Linux 2.2.x

Reportez vous à la section 2.2.x-Requirements pour les logiciels nécessaires, les patches, etc.


  * Prompt for development and/or incomplete code/drivers (CONFIG_EXPERIMENTAL) [Y/n/?]
    - YES: Bienque non requis par IP MASQ, cette option permet au noyau de creer les 
    modules MASQ et d'activer l'option 'port forwarding'

  -- Les options ne correspondant a MASQ sont omis --

  * Enable loadable module support (CONFIG_MODULES) [Y/n/?]
    - YES:  Permet de charger les modules noyau d'IP MASQ

  -- Les options ne correspondant a MASQ sont omis --

  * Networking support (CONFIG_NET) [Y/n/?]
    - YES: Active les capacites reseau

  -- Les options ne correspondant a MASQ sont omis --

  * Sysctl support (CONFIG_SYSCTL) [Y/n/?] 
    - YES: vous donne le pouvoir d'activer/desactiver des options tels que le forwarding,
     les IP dynamiques, le LooseUDP, etc.
    
  -- Les options ne correspondant a MASQ sont omis --

  * Packet socket (CONFIG_PACKET) [Y/m/n/?]
    - YES: Bienque ca soit OPTIONNEL, il est recommande d'activer cette fontionnalite 
    qui permet d'utiliser TCPDUMP pour 
    debugguer les eventuels problems d'IP MASQ
  
  * Kernel/User netlink socket (CONFIG_NETLINK) [Y/n/?] 
    - YES: Bienque ca soit OPTIONNEL, cette fonctionnalite permet de creer des logs 
    des problemes du firewall avance tel que le routage des messages etc.

  * Routing messages (CONFIG_RTNETLINK) [Y/n/?]
    - NO:  Cette option n'a rien a voir avec les logs du packet firewall
    
  -- Les options ne correspondant a MASQ sont omis --

  * Network firewalls (CONFIG_FIREWALL) [Y/n/?]
    - YES: Permet de configurer le noyau avec l'utilitaire de firewall IPCHAINS
    
  * Socket Filtering (CONFIG_FILTER) [Y/n/?]
    - OPTIONAL:  Bienque cette option n'ai rien a voir avec IPMASQ, si vous 
    comptez installer un serveur DHCP sur votre reseau interne, vous AUREZ besoin
    de cette option.

  * Unix domain sockets (CONFIG_UNIX) [Y/m/n/?]
    - YES: Active les mecanismes de sockets TCP/IP d'UNIX.

  * TCP/IP networking (CONFIG_INET) [Y/n/?]
    - YES: Active les protocoles TCP/IP

  -- Les options ne correspondant a MASQ sont omis --

  * IP: advanced router (CONFIG_IP_ADVANCED_ROUTER) [Y/n/?]
    - YES: Permet de configurer les options avances de MASQ que nous verrons plus loins


  * IP: policy routing (CONFIG_IP_MULTIPLE_TABLES) [N/y/?]
    - NO: Pas necessaire pour MASQ mais les utilisateurs qui ont besoin de fonctions avancees telles
    que le source address-based TCP/IP ou le routage par TOS doivent activer cette option.
    
  * IP: equal cost multipath (CONFIG_IP_ROUTE_MULTIPATH) [N/y/?]
    - NO: Pas necessaire pour les fonctions usuelles de MASQ

  * IP: use TOS value as routing key (CONFIG_IP_ROUTE_TOS) [N/y/?] 
    - NO:  Pas necessaire pour les fonctions usuelles de MASQ

  * IP: verbose route monitoring (CONFIG_IP_ROUTE_VERBOSE) [Y/n/?]
    - YES: Necessaire si vous voulez utiliser les codes de routage pour eliminer les paquets 
    IP spoofes (vivement recommande) et si vous voulez les mettres dans les logs.
    
  * IP: large routing tables (CONFIG_IP_ROUTE_LARGE_TABLES) [N/y/?]
    - NO:  Pas necessaire pour les fonctions usuelles de MASQ

  * IP: kernel level autoconfiguration (CONFIG_IP_PNP) [N/y/?] ?
    - NO:  Pas necessaire pour les fonctions usuelles de MASQ

  * IP: firewalling (CONFIG_IP_FIREWALL) [Y/n/?]
    - YES: Active les capacites de firewalling.
    
  * IP: firewall packet netlink device (CONFIG_IP_FIREWALL_NETLINK) [Y/n/?]
    - OPTIONAL: Bienqu'OPTIONNELLE, cette fonction permet a IPCHAINS de copier quelques paquets
    vers l'utilitaire UserSpace pour des verifications supplementaires.
    
  * IP: transparent proxy support (CONFIG_IP_TRANSPARENT_PROXY) [N/y/?]
    - NO:  Pas necessaire pour les fonctions usuelles de MASQ

  * IP: masquerading (CONFIG_IP_MASQUERADE) [Y/n/?]
    - YES: Permet a IP Masquerade de readresser certains paquets TCP/IP specifiques de l'interieur
    vers l'exterieur
    
  * IP: ICMP masquerading (CONFIG_IP_MASQUERADE_ICMP) [Y/n/?]
    - YES: Permet de masquerader les paquets ICMP de ping (dans tous les cas, les codes d'erreur
    d'ICMP sont MASQues). Cette fonction est importante pour regler les problemes de connexion.

  * IP: masquerading special modules support (CONFIG_IP_MASQUERADE_MOD) [Y/n/?]
    - YES: Bienqu'OPTIONNELLE, cette option permet d'activer plus loin le port forwarding de 
    TCP/IP qui permet aux ordinateurs exterieurs de ce connecter vers des machines MASQuees
    specifiques (donc internes).
    
  * IP: ipautofw masq support (EXPERIMENTAL) (CONFIG_IP_MASQUERADE_IPAUTOFW) [N/y/m/?]
    - NO: IPautofw est une methode heritee du port forwardinf. C'est essentiellement du vieux
    code qui est reconnu pour avoir des problemes. NON recommande.
    
  * IP: ipportfw masq support (EXPERIMENTAL) (CONFIG_IP_MASQUERADE_IPPORTFW) [Y/m/n/?]
    - YES: Active IPPORTFV qui permet a des ordinateurs externe se trouvant sur Internet de
    communiquer avec un ordinateur MASQue interne specifique. Cette fonctionnalite est typiquement
    utilisee pour acceder a des serveurs SMTP, TELNET et WWW. Le port forwarding pour le FTP aura
    besoin d'un patch supplementaire dont nous avons donne la description dans la FAQ de ce HOWTO.
    Des informations supplementaires sont disponibles dans la section Forwards de ce HOWTO.
     
  * IP: ip fwmark masq-forwarding support (EXPERIMENTAL) (CONFIG_IP_MASQUERADE_MFW) [Y/m/n/?]
    - OPTIONAL: C'est une nouvelle methode pour faire du PORTFW. Avec elle, IPCHAINS peut marquer 
    les paquets sur lesquels il faut faire du travail supplementaire. Avec l'utilitaire UserSpace,
    qui ressemble a IPMASQADM ou IPPORTFW, IPCHAINS pourra alors automatiquement readresser les paquets.
    Pour le moment, cette partie du code est moins testee que PORTFW mais reste neanmoins tres 
    prometteur. Nous vous recommandons d'utiliser pour le l'instant IPMASQADM et IPPORTFW. Si vous
    avez des reflexions sur MFW, envoyez les moi par email SVP.
     
  * IP: optimize as router not host (CONFIG_IP_ROUTER) [Y/n/?]
    - YES: Optimise le noyau pour le reseau bienque nous ne sachions pas si les gains de performance
    sont significatives ou pas.

  * IP: tunneling (CONFIG_NET_IPIP) [N/y/m/?]
    - NO: OPTIONNEL pour le tunneling IPIP a traver IP Masq. Si vous avez besoin de fonctionnalites
    VPN/tunneling, il est recommande d'utiliser soit les tunnels GRE soit les tunnels IPSEC
    
  * IP: GRE tunnels over IP (CONFIG_NET_IPGRE) [N/y/m/?]
    - NO: OPTIONNEL. Permet l'activation de tunnels GRE et PPTP a travers IP MASQ.

    -- Les options ne correspondant a MASQ sont omis -- 

  * IP: TCP syncookie support (not enabled per default) (CONFIG_SYN_COOKIES) [Y/n/?]
    - YES: VIVEMENT recommande pour la securite TCP/IP de base.
    
    -- Les options ne correspondant a MASQ sont omis --

  * IP: Allow large windows (not recommended if <16Mb of memory) * (CONFIG_SKB_LARGE) [Y/n/?]
    - YES: Ceci est recommande pour optimiser les fenetres TCP de Linux
    
    -- Les options ne correspondant a MASQ sont omis --

  * Network device support (CONFIG_NETDEVICES) [Y/n/?]
    - YES: active la sous couche materielle du reseau sous Linux
    
    -- Les options ne correspondant a MASQ sont omis --

  * Dummy net driver support (CONFIG_DUMMY) [M/n/y/?] 
    - YES:  Bienqu'OPTIONNELLE, cette option peut aider pendant le debuggage

  == N'oubliez pas d'activer les drivers de votre carte reseau !! ==

    -- Les options ne correspondant a MASQ sont omis --

  == N'oubliez pas d'actiner la comptabiliter PPP/SLIP si vous voulez un modem RPC ou PPPoE/DSL !! ==

    -- Les options ne correspondant a MASQ sont omis --

  * /proc filesystem support (CONFIG_PROC_FS) [Y/n/?]
    - YES: Necessaire pour activer le system de forwarding sous Linux
    

NB: Nous n'avons activé ici que les options nécessaires pour l'IP Masquerade. Vous devez sélectionner en plus les options spécifiques à votre installation.

Noyaux Linux 2.0.x

Reportez vous à la section 2.0.x-Requirements pour les logiciels nécessaires, les patches, etc.

  * Prompt for development and/or incomplete code/drivers (CONFIG_EXPERIMENTAL) [Y/n/?] 
    - YES: cette option permet selectionner les fonctionnalites IP Masquerade
    
  * Enable loadable module support (CONFIG_MODULES) [Y/n/?] 
    - YES: Permet de charger les modules noyau d'IP MASQ

  * Networking support (CONFIG_NET) [Y/n/?]
    - YES: Active les capacites reseau

  * Network firewalls (CONFIG_FIREWALL) [Y/n/?]
    - YES: Active l'utilitaire de firewall IPFWADM

  * TCP/IP networking (CONFIG_INET)
    - YES: Active les protocoles TCP/IP

  * IP: forwarding/gatewaying (CONFIG_IP_FORWARD)
    - YES: Permet le forwarding et le routage des paquets - Controle par IPFWADM

  * IP: syn cookies (CONFIG_SYN_COOKIES) [Y/n/?]
    - YES: VIVEMENT recommande pour la securite TCP/IP de base.

  * IP: firewalling (CONFIG_IP_FIREWALL) [Y/n/?]
    - YES: Active les capacites de firewalling.

  * IP: firewall packet logging (CONFIG_IP_FIREWALL_VERBOSE) [Y/n/?]
    - YES: (OPTIONNEL mais VIVEMENT recommande): Permet de rapporter les chocs contre le firewall

  * IP: masquerading (CONFIG_IP_MASQUERADE [Y/n/?]
    - YES: Permet a IP Masquerade de readresser certains paquets TCP/IP specifiques de l'interieur
    vers l'exterieur
    
  * IP: ipautofw masquerade support (EXPERIMENTAL) (CONFIG_IP_MASQUERADE_IPAUTOFW) [Y/n/?]
    - NO:  IPautofw est une methode heritee du port forwardinf. C'est essentiellement du 
    vieux code qui est reconnu pour avoir des problemes. NON recommande.

  * IP: ipportfw masq support (EXPERIMENTAL) (CONFIG_IP_MASQUERADE_IPPORTFW) [Y/n/?]
    - YES: Cette option est DISPONIBLE UNIQUEMENT GRACE A UN PATCH pour les noyaux 2.0.x
    
       Cette option permet a des ordinateurs externe se trouvant sur Internet de communiquer
       avec un ordinateur MASQue interne specifique. Cette fonctionnalite est typiquement
       utilisee pour acceder a des serveurs SMTP, TELNET et WWW. Le port forwarding pour le
       FTP aura besoin d'un patch supplementaire dont nous avons donne la description dans 
       la FAQ de ce HOWTO. Des informations supplementaires sont disponibles dans la section
       Forwards de ce HOWTO.

  * IP: ICMP masquerading (CONFIG_IP_MASQUERADE_ICMP) [Y/n/?]
    - YES: Permet de masquerader les paquets ICMP. Bienqu'optionnelles, de nombreux programmes
    ne vont PAS fonctionnement correctement sans cette option.

  * IP: loose UDP port managing (EXPERIMENTAL) (CONFIG_IP_MASQ_LOOSE_UDP) [Y/n/?] 
    - YES: Cette option est DISPONIBLE UNIQUEMENT GRACE A UN PATCH pour les noyaux 2.0.x

        Avec cette option, des ordinateurs internes (ie MASQues) pourrons jouer au 
        jeux compatibles NAT sur Internet. Des details supplementaires sont donnes 
        dans la section FAQ de ce HOWTO.

  * IP: always defragment (CONFIG_IP_ALWAYS_DEFRAG) [Y/n/?]
    - YES: Cette option optimise les connexions IP MASQ - VIVEMENT recommande
    
  * IP: optimize as router not host (CONFIG_IP_ROUTER) [Y/n/?] 
    - YES: Optimise le noyau pour le reseau
    
  * IP: Drop source routed frames (CONFIG_IP_NOSR) [Y/n/?]
    - YES: HIGHLY recommended for basic network security

  * Dummy net driver support (CONFIG_DUMMY) [M/n/y/?]
    - YES: VIVEMENT recommande pour la securite TCP/IP de base.

  * /proc filesystem support (CONFIG_PROC_FS) [Y/n/?] 
    - YES: Necessaire pour activer les capacites de forwarding de Linux
    

NB: Nous n'avons activé ici que les options nécessaire pour IP Masquerade. Vous devez sélectionner en plus les options spécifiques à votre installation.

Noyaux Linux 2.3.x / 2.4.x

Les noyaux 2.3.x et 2.4.x ne sont PAS traités dans ce HOWTO pour le moment. Reportez vous à la section 2.3.x/2.4.x-Requirements pour les URLs etc. jusqu'à ce que ces noyaux soient traités dans un nouveau HOWTO.

3.2 Affecter des adresses IP privées au LAN interne

Puisque toutes les machines INTERNES MASQées ne devraient pas avoir d'adresses IP officielles, il doit exister une façon spécifique et reconnue d'affecter des adresses à ces machines sans entrer en conflit avec l'adresse IP de quelqu'un d'autre.

Tiré de la FAQ IP Masquerade originelle :

RFC 1918 est un document officiel traitant des adresses IP qui doivent être utilisées pour des réseaux non-connectés ou "privés". Il y a 3 blocs de nombres mis de côtés exprès dans ce but.


Section 3: L'espace des Adresses Privees



L'Internet Assigned Numbers Authority (IANA) a reserve les trois blocs d'adresses IP suivants
pour les reseaux prives :

              10.0.0.0        -   10.255.255.255
              172.16.0.0      -   172.31.255.255
              192.168.0.0     -   192.168.255.255

Le premier bloc sera designe comme le "24-bit block", le second comme "20-bit block", et le 
dernier comme "16-bit block". Remarquez que le premier bloc n'est rien d'autres qu'un simple reseau
de Classe A, alors que le second est un espace de 16 reseaux contigus de classe B, et le troisieme 
est un blocs de 255 reseaux contigus de Classe C.
Je préfère utiliser le réseau 192.168.0.0 avec un masque de sous-réseau de classe C : 255.255.255.0 et ce HOWTO refléte cette préférence. Mais, chacun des réseaux privés ci-dessus est valide. Assurez vous simplement d'utiliser le bon masque de sous-réseau.

Donc, si vous utiliser le réseau de Classe C, vous devrez numéroter vos machines TCP/IP ainsi : 192.168.0.1, 192.168.0.2, 192.168.0.3, ..., 192.168.0.x

192.168.0.1 est habituellement la passerelle interne ou la machine MASQ Linux. Notez aussi ques les adresses 192.168.0.0 et 192.168.0.255 sont les adresses du réseau et de broadcast respectivement (et sont donc RESERVES). Evitez d'utiliser ces adresses sur vos machines sinon votre réseau risque de ne pas fonctionner correctement.

3.3 Politiques de configuration de l'IP FORWARDING

A partir d'ici, vous devrez avoir votre noyau et les autres packages nécessaires d'installés. Toutes les adresses IP du réseau, la passerelle, et le DNS devront aussi être configurés dans votre serveur Linux MASQ. Si vous ne savez pas configurer vos cartes réseau, reportez vous SVP aux HOWTOs listés dans les sections 2.0.x-Requirements ou 2.2.x-Requirements .

Maintenant, la seule chose qui reste à faire, c'est de configurer l'IP firewalling pour permettre le FORWARD et le MASQUERADE des paquets appropriés vers les machines appropriées :

** Ceci peut être accomplis de différentes façons. Les suggestions et les examples suivants ont fonctionné chez moi, mais vous aurez peut-être des besoins ou des idées différents.

** Cette section fournit seulement le MINIMUM de règles de firewall pour faire fonctionner l'IP Masquerade. Une fois que vous aurez testé IP MASQ (comme décrit plus loin dans ce HOWTO), reportez vous aux sections Strong-IPFWADM-Rulesets et Strong-IPCHAINS-Rulesets pour des jeux de règles de firewalling plus sûres. Vous pouvez aussi lire en plus les manuels de IPFWADM (2.0.x) et/ou IPCHAINS(2.2.x) pour de plus amples détails.

Noyaux Linux 2.2.x

NB : IPFWADM n'est plus un utilitaire de firewall qui permette de manipuler les règles d'IP Masquerade pour les noyaux 2.1.x et 2.2.x. Ces nouveaux noyaux utilisent maintenant l'utilitaire IPCHAINS. Pour de plus amples détails sur les raisons de ce changement, vous pouvez vous reporter à la section FAQ .

Créez le fichier /etc/rc.d/rc.firewall avec les règles naives suivantes :


#!/bin/sh
#
# rc.firewall - test IP Masquerade naif pour les noyaux 2.1.x et 2.2.x 
#               avec IPCHAINS
#
# Charge les modules necessaires a IP MASQ
#
#   NB: Charger uniquement les modules IP MASQ dont vous avez besoin. Tous les modules 
#   IP MASQ actuels sont montres ci-dessous mais sont commentes pour les empecher 
#   de se charger.

# Necessaire pour le chargement initial des modules
#
/sbin/depmod -a

# Permet le masquerading correct des transfert de fichier par FTP avec la methode PORT
/sbin/modprobe ip_masq_ftp

# Permet le masquerading de RealAudio par UDP. Sans ce module,
#       RealAudio FONCTIONNERA mais en mode TCP. Ce qui peu causer une baisse
#       dans la qualite du son
#
#/sbin/modprobe ip_masq_raudio

# Permet le masquerading des transferts de fichier par DCC pour les IRC
#/sbin/modprobe ip_masq_irc


# Permet le masquerading de Quake et QuakeWorld par defaut. Ce module est
#   necessaire pour les utilisateurs multiples derriere un server Linux MASQ. Si vous voulez jouer 
#   a Quake I, II, et III, utilisez le second exemple.
#
#   NB:  si vous rencontrez des ERREURs lors de chargement du module QUAKE, c'est que vous utilisez
#   un ancien noyau buggue. Mettez a jour votre noyau pour supprimer l'erreur.
#
#Quake I / QuakeWorld (ports 26000 et 27000)
#/sbin/modprobe ip_masq_quake
#
#Quake I/II/III / QuakeWorld (ports 26000, 27000, 27910, 27960)
#/sbin/modprobe ip_masq_quake 26000,27000,27910,27960


# Permet le masquerading du logiciel CuSeeme pour la video conference
#
#/sbin/modprobe ip_masq_cuseeme

# Permet le masquerading du logiciel VDO-live pour la video conference
#
#/sbin/modprobe ip_masq_vdolive


#CRITIQUE:  Active l'IP forwarding puisqu'il est desactive par defaut
#
#           Utilisateurs Redhat: vous pourrez essayer en changeant les options dans 
#                          /etc/sysconfig/network de:
#
#                       FORWARD_IPV4=false
#                             a
#                       FORWARD_IPV4=true
#
echo "1" > /proc/sys/net/ipv4/ip_forward


#CRITIQUE:  Active automatiquement l'IP defragmenting puisqu'il est desactive par defaut 
#           dans les noyaux 2.2.x. Ceci etait une option de compilation mais ca a change 
#           depuis le noyau 2.2.12
#
echo "1" > /proc/sys/net/ipv4/ip_always_defrag


# Utilisateurs d'IP Dynamiques:
#
#   Si vous recevez votre adresse IP de maniere dynamique a partir d'un server SLIP, PPP,
#   ou DHCP, activez option suivante qui active le hacking (au bon sens du terme NDT) des
#   adresses IP dynamique dans IP MASQ, rendant ainsi les choses plus faciles pour les 
#   programmes du type Diald.
#
#echo "1" > /proc/sys/net/ipv4/ip_dynaddr


# Active le patch LooseUDP dont certains jeux reseaux ont besoin
#
#  Si vous etes en train d'essayer de faire fonctionner un jeu sur Internet au travers votre 
#  serveur MASQ, et vous l'avez configure le mieux que vous pouviez mais que ca fonctionne 
#  toujours pas, essayez d'activer cette option (en supprimant le # en debut de ligne). 
#  Cette option est desactivee par defaut pour eviter une probable vulnerabilite au port 
#  scanning UDP en interne.
#
#echo "1" > /proc/sys/net/ipv4/ip_masq_udp_dloose


# MASQ timeouts
#
#  timeout de 2 heures pour les sessions TCP
#  timeout de  10 sec pour le traffic apres que le paquet TCP/IP "FIN" est recu
#  timeout de 160 sec pour le traffic UDP (Important pour les utilisateur d'ICQ MASQues) 
#
/sbin/ipchains -M -S 7200 10 160


# DHCP:  Pour les personnes qui recoivent leur adresse IP externe par DHCP ou
#        BOOTP tels que les utilisateurs d'ADSL ou Cable, il est necessaire de lancer cette 
#        commande avec celle du 'deny'. "nom_interface_cliente_bootp" 
#        doit etre remplace par le nom de l'interface qui va recevoir l'adresse externe par 
#        le serveur DHCP/BOOTP. C'est souvent quelquechose du style "eth0", 
#        "eth1", etc.
#
#        Cet exemple est commante (desactive) ici :
#
#/sbin/ipchains -A input -j ACCEPT -i nom_interface_cliente_bootp -s 0/0 67 -d 0/0 68 -p udp

# Active l'IP forwarding et Masquerading simpliste
#
#  NB:    L'exemple suivant est donne pour le LAN interne 192.168.0.x avec un masque
#         de sous reseau de 255.255.255.0 soit un masque de sous reseau "24 bits"
#         connecte a Internet par l'interface eth0.
#
#         ** Changez les adreesse reseau et masque de sous reseau, et l'interface de
#         ** votre connexion a Internet de telle sorte qu'ils correspondent aux reglages de votre LAN
#
/sbin/ipchains -P forward DENY
/sbin/ipchains -A forward -i eth0 -s 192.168.0.0/24 -j MASQ

Une fois que vous aurez terminé de rédiger les règles de /etc/rc.d/rc.firewall, rendez ce dernier exécutable en tapant chmod 700 /etc/rc.d/rc.firewall

Maintenant que vos règles de firewall sont prêts, vous devez faire en sorte qu'ils soient actifs après chaque redémarrage. Vous pouvez soit décider de le lancer à la main à chaque fois (une vraie galère) ou bien de le rajouter dans vos scripts de boot. Nous vous montrons comment faire pour chacune des deux methodes ci-dessous :

Remarques sur la manière dont les utilisateurs doivent s'y prendre s'il veulent modifier les règles de firewall que nous avons vues ci-dessus :

Vous pouvez aussi activer l'IP Masquerading sur une base de cas par cas suivant la machine au lieu de la methode ci-dessus qui active le reseau TCP/IP entier. Par exemple, disons que je veux que seuls les machines 192.168.0.2 et 192.168.0.8 puissent accéder à Internet et AUCUN autre ordinateur interne. Je changerais les règles dans la section "Active l'IP forwarding et Masquerading simpliste" (voir ci-dessus) dans les règles qui se trouvent dans le fichier /etc/rc.d/rc.firewall.


#!/bin/sh
#
# Active l'IP forwarding et Masquerading simpliste
#
#  NB:    L'exemple suivant est donne pour l'activation de l'IP Masquerading pour les
#         machines 192.168.0.2 et 192.1680.0.8 avec un masque
#         de sous reseau de 255.255.255.0 soit un masque de sous reseau "24 bits"
#         connecte a Internet par l'interface eth0.
#
#         ** Changez les adreesse reseau et masque de sous reseau, et l'interface de
#         ** votre connexion a Internet de telle sorte qu'ils correspondent aux reglages de votre LAN
#
/sbin/ipchains -P forward DENY
/sbin/ipchains -A forward -i eth0 -s 192.168.0.2/32 -j MASQ
/sbin/ipchains -A forward -i eth0 -s 192.168.0.8/32 -j MASQ

Erreurs courantes :

Une erreur qui paraît courante pour les nouveaux utilisateurs d'IP Masq est de faire de la commande suivante :

/sbin/ipchains -P forward masquerade

la premiere commande.

Ne faites PAS du MASQUERADING votre politique par defaut. Sinon une personne qui peut manipuler ses tables de routage sera capable de s'infiltrer directement à travers votre passerelle, en l'utilisant pour masquerader sa propre identité !

Encore une fois, vous pouvez ajouter ces lignes dans votre fichier /etc/rc.d/rc.firewall, ou bien dans l'un de vos autres fichiers rc de votre convenance, ou bien le lancer manuellement à chaque fois que vous avez besoin de l'IP Masquerade.

Reportez vous SVP aux sections Strong-IPFWADM-Rulesets et Strong-IPCHAINS-Rulesets pour un guide detaillé d'IPCHAINS et un exemple de règles STRONG pour IPCHAINS. Pour des détails supplémentaires sur l'utilisation d'IPCHAINS, vous pouvez vous reporter au site principal d'IPCHAINS http://netfilter.filewatcher.org/ipchains/ ou au site Linux IP CHAINS HOWTO Backup.

Noyau Linux 2.0.x

Créez le fichier /etc/rc.d/rc.firewall avec les règles naives suivantes :


# rc.firewall - Initial SIMPLE IP Masquerade setup for 2.0.x kernels using 
#               IPFWADM
# rc.firewall - test IP Masquerade naif pour les noyaux 2.0.x 
#               avec IPFWADM
#
# Charge les modules necessaires a IP MASQ
#
#   NB: Charger uniquement les modules IP MASQ dont vous avez besoin. Tous les modules IP MASQ 
#       actuels sont montres ci-dessous mais sont commentes pour les empecher de se charger.
#
# Necessaire pour le chargement initial des modules
#
/sbin/depmod -a

# Permet le masquerading correct des transfert de fichier par FTP avec la methode PORT
/sbin/modprobe ip_masq_ftp

# Permet le masquerading de RealAudio par UDP. Sans ce module,
#       RealAudio FONCTIONNERA mais en mode TCP. Ce qui peu causer une baisse
#       dans la qualite du son
#
#/sbin/modprobe ip_masq_raudio

# Permet le masquerading des transferts de fichier par DCC pour les IRC
#/sbin/modprobe ip_masq_irc


# Permet le masquerading de Quake et QuakeWorld par defaut. Ce module est
#   necessaire pour les utilisateurs multiples derriere un server Linux MASQ. Si vous voulez jouer 
#   a Quake I, II, et III, utilisez le second exemple.
#
#   NB:  si vous rencontrez des ERREURs lors de chargement du module QUAKE, c'est que vous utilisez
#   un ancien noyau buggue. Mettez a jour votre noyau pour supprimer l'erreur.
#
#Quake I / QuakeWorld (ports 26000 et 27000)
#/sbin/modprobe ip_masq_quake
#
#Quake I/II/III / QuakeWorld (ports 26000, 27000, 27910, 27960)
#/sbin/modprobe ip_masq_quake 26000,27000,27910,27960


# Permet le masquerading du logiciel CuSeeme pour la video conference
#
#/sbin/modprobe ip_masq_cuseeme

# Permet le masquerading du logiciel VDO-live pour la video conference
#
#/sbin/modprobe ip_masq_vdolive


#CRITIQUE:  Active l'IP forwarding puisqu'il est desactive par defaut
#
#           Utilisateurs Redhat: vous pourrez essayer en changeant les options dans 
#                          /etc/sysconfig/network de:
#
#                       FORWARD_IPV4=false
#                             a
#                       FORWARD_IPV4=true
#
echo "1" > /proc/sys/net/ipv4/ip_forward


#CRITIQUE:  Active automatiquement l'IP defragmenting puisqu'il est desactive par defaut 
#           dans les noyaux 2.2.x. Ceci etait une option de compilation mais ca a change 
#           depuis le noyau 2.2.12
#
echo "1" > /proc/sys/net/ipv4/ip_always_defrag


# Utilisateurs d'IP Dynamiques:
#
#   Si vous recevez votre adresse IP de maniere dynamique a partir d'un server SLIP, PPP,
#   ou DHCP, activez option suivante qui active le hacking (au bon sens du terme NDT) des
#   adresses IP dynamique dans IP MASQ, rendant ainsi les choses plus faciles pour les 
#   programmes du type Diald.
#
#echo "1" > /proc/sys/net/ipv4/ip_dynaddr


# MASQ timeouts
#
#   2 hrs timeout for TCP session timeouts
#  10 sec timeout for traffic after the TCP/IP "FIN" packet is received
#  160 sec timeout for UDP traffic (Important for MASQ'ed ICQ users) 
#
/sbin/ipchains -M -S 7200 10 160


# DHCP:  For people who receive their external IP address from either DHCP or 
#        BOOTP such as ADSL or Cablemodem users, it is necessary to use the 
#        following before the deny command.  The "bootp_client_net_if_name" 
#        should be replaced the name of the link that the DHCP/BOOTP server 
#        will put an address on to?  This will be something like "eth0", 
#        "eth1", etc.
#
#        This example is currently commented out.
#
#
#/sbin/ipchains -A input -j ACCEPT -i bootp_clients_net_if_name -s 0/0 67 -d 0/0 68 -p udp


# Active l'IP forwarding et Masquerading simpliste
#
#  NB:    L'exemple suivant est donne pour le LAN interne 192.168.0.x avec un masque
#         de sous reseau de 255.255.255.0 soit un masque de sous reseau "24 bits"
#         connecte a Internet par l'interface eth0.
#
#         ** Changez les adreesse reseau et masque de sous reseau, et l'interface de
#         ** votre connexion a Internet de telle sorte qu'ils correspondent aux reglages de votre LAN
#
/sbin/ipfwadm -F -p deny
/sbin/ipfwadm -F -a m -W eth0 -S 192.168.0.0/24 -D 0.0.0.0/0

Une fois que vous aurez terminé de rédiger les règles de /etc/rc.d/rc.firewall, rendez le exécutable en tapant chmod 700 /etc/rc.d/rc.firewall

Maintenant que vos règles de firewall sont prêts, vous devez faire en sorte qu'ils soient actifs après chaque redémarrage. Vous pouvez soit décider de le lancer à la main à chaque fois (une vraie galère) ou bien de le rajouter dans vos scripts de boot. Nous vous montrons comment faire pour chacune des deux methodes ci-dessous :

Remarques sur la manière dont les utilisateurs doivent s'y prendre s'il veulent modifier les règles de firewall que nous avons vues ci-dessus :

Vous pouvez aussi activer l'IP Masquerading sur une base de cas par cas suivant la machine au lieu de la methode ci-dessus qui active le reseau TCP/IP entier. Par exemple, disons que je veux que seuls les machines 192.168.0.2 et 192.168.0.8 puisssent accéder à Internet et AUCUN autre ordinateur interne. Je changerais les règles dans la section "Active l'IP forwarding et Masquerading simpliste" (voir ci-dessus) dans les règles qui se trouvent dans le fichier /etc/rc.d/rc.firewall.


#!/bin/sh
#
# Active l'IP forwarding et Masquerading simpliste
#
#  NB:    L'exemple suivant est donne pour l'activation de l'IP Masquerading pour les
#         machines 192.168.0.2 et 192.1680.0.8 avec un masque
#         de sous reseau de 255.255.255.0 soit un masque de sous reseau "24 bits"
#         connecte a Internet par l'interface eth0.
#
#         ** Changez les adresse reseau et masque de sous reseau, et l'interface de
#         ** votre connexion a Internet de telle sorte qu'ils correspondent aux reglages de votre LAN
#
/sbin/ipfwadm -F -p deny
/sbin/ipfwadm -F -a m -W eth0 -S 192.168.0.2/32 -D 0.0.0.0/0
/sbin/ipfwadm -F -a m -W eth0 -S 192.168.0.8/32 -D 0.0.0.0/0

Erreurs courrantes :

Une erreur qui parait courante pour les nouveaux utilisateurs d'IP Masq est de faire de la commande suivante :

ipfwadm -F -p masquerade
la premiere commande.

Ne faites PAS du MASQUERADING votre politique par défaut. Sinon une personne qui peut manipuler ses tables de routage sera capable de s'infiltrer directement à travers votre passerelle, en l'utilisant pour masquerader sa propre identité !

Encore une fois, vous pouvez ajouter ces lignes dans votre fichier /etc/rc.d/rc.firewall, ou bien dans l'un de vos autres fichiers rc de votre convenance, ou bien le lancer manuellement à chaque fois que vous avez besoin de l'IP Masquerade.

Vous pouvez vous reporter aux sections Strong-IPCHAINS-Rulesets et Strong-IPFWADM-Rulesets pour un guide detaillé et des examples de règles STRONG pour IPCHAINS et IPFWADM.

4. Configurer les autres machines internes qui doivent être MASQuées

En plus des réglages d'adresses IP appropriés pour chaque machine MASQuée, vous devez régler pour chaque machine interne l'adresse IP de la passerelle (le serveur Linux MASQ) et les adresses des serveurs DNS. En général, ca découle de source. Vous entrez simplement l'adresse IP de votre serveur Linux (192.168.0.1 en général) dans le champ réservé à la passerelle.

Pour les Domain Name Service (Service de Nom de Domaine ou DNS en anglais), vous pouvez utiliser n'importe quel serveur DNS disponible. Le plus évident, c'est celui qu'utilise votre serveur Linux. Vous pouvez aussi ajouter n'importe quel domaine de recherche (facultatif).

Apres avoir reconfiguré correctement les machines internes MASQuées, n'oubliez pas de relancer leurs 'network services' (pour tenir compte des changements) ou bien de les redémarrer.

Les instructions suivantes supposent que vous utilisez un réseau de Classe C avec 192.168.0.1 comme IP pour votre serveur Linux MASQ. Rappelez vous aussi que les adresses sont des adresses 192.168.0.0 et 192.168.0.255 TCP/IP reservées.

Les plateformes ci-dessous ont été testées comme machines internes MASQuées. Voici juste un EXEMPLE de tous les systèmes d'exploitations compatibles :

4.1 Configuration de Microsoft Windows 95

NDT : je n'ai accès à AUCUN windows, je ne peux donc pas tester ce que je traduis. Merci de me faire parvenir les incorrections. Ceci reste valable pour toute la suite de ce document. Merci de ne pas m'en tenir rigueur.

  1. Si vous n'avez pas encore installé votre carte réseau ou ses drivers, faites le maintenant. L'explication de ces étapes sort du cadre de ce document.
  2. Allez dans 'Panneaux de Configuration' --> 'Network'.
  3. Cliquez sur Ajouter --> Protocole --> Manufacture: Microsoft --> Protocole: 'TCP/IP protocol' Si vous ne l'avez pas encore.
  4. Selectionnez le TCP/IP sur votre carte réseau de Windows95 et sélectionnez 'Proprietes'. Maintenant allez sur 'IP Adresse IP' et rentrez comme Adresse IP 192.168.0.x, (1 < x < 255), et comme Masque de sous-réseau 255.255.255.0
  5. Maintenant sélectionnez "Passerelle" et ajoutez 192.168.0.1 comme passerelle dans 'Passerelle' et cliquer sur "Ajouter".
  6. Sous la languette 'Configuration DNS', mettez un nom pour votre machine et entrez le nom de domaine officiel. Si vous ne savez pas quel est votre nom de domaine, mettez celui de votre FAI. Maintenant, ajoutez tous les serveurs DNS que votre serveur Linux utilise (vous pouvez les trouver en général dans /etc/resolv.conf). En general, ces serveurs DNS sont ceux de votre FAI, bienque vous puissiez utiliser vos propres CACHING ou serveur Authoritative DNS sur votre seveur Linux MASQ. Vous pouvez aussi ajouter n'importe quel domaine de recherche (facultatif).
  7. Laissez tous les autres réglages inchangés à moins que vous sachiez ce que vous faites.
  8. Cliquez sur 'OK' sur toutes les fenêtres de dialogues et rédemarrez votre ordinateur.
  9. Pinguez le serveur Linux pour tester la connexion réseau: 'Executer', entrez: ping 192.168.0.1
    (Ceci est juste un test du LAN INTERNE, vous ne pouvez pas encore pinguer le monde exterieur.) Si vous ne recevez pas de réponses de vos PINGs, vérifiez votre configuration réseau.
  10. Vous pouvez aussi créer un fichier HOSTS dans the C:\Windows et pouvoir ainsi utiliser des noms de machines de votre LAN sans avoir besoin de serveur DNS. Il y a un exemple appelé HOSTS.SAM dans le repertoire C:\windows.

4.2 Configuring Windows NT

NDT : je n'ai accès à AUCUN Windows, je ne peux donc pas tester ce que je traduis. Merci de me faire parvenir les incorrections. Ceci reste valable pour toute la suite de ce document. Merci de ne pas m'en tenir rigueur.

  1. Si vous n'avez pas encore installé votre carte réseau ou ses drivers, faites le maintenant. L'explication de ces étapes sort du cadre de ce document.
  2. Allez dans 'Panneaux de Configuration' --> 'Network'.
  3. Cliquez sur Ajouter --> Protocole --> Manufacture: Microsoft --> Protocole: 'TCP/IP protocol' Si vous ne l'avez pas encore.
  4. Dans la section 'Logiciels et Cartes Reseaux', sélectionnez le 'Protocle TCP/IP' dans la boite de sélection'Logiciels Reseaux Insatalles'.
  5. Dans 'Configuration TCP/IP', selectionnez la carte appropriee, i.e. [1]Novell NE2000 Adapter. Reglez ensuite l'adresse IP : 192.168.0.x (1 < x < 255), et le masque de sous-réseau : 255.255.255.0 et la Passerelle par Défaut à 192.168.0.1
  6. N'activez aucune des options suivantes (à moins que vous sachiez exactement ce que vous faites) :

  7. Cliquez sur 'DNS', saisissez les informations que votre serveur Linux utilise (généralement dans /etc/resolv.conf) et cliquez sur 'OK'quand vous avez fini.
  8. Cliquez sur 'Advances', et DESACTIVEZ 'DNS pour la Résolution des Noms Windows' et 'Activer la Recherche LMHOSTS' à moins que vous sachiez ce que font ces options. Si vous voulez utiliser un fichier LMHOSTS, ils sont rangés dans C:\winnt\system32\drivers\etc.
  9. Cliquez sur 'OK' sur toutes les boites de dialogue et redémarrer votre ordinateur.
  10. Pinguez le serveur Linux pour tester la connexion réseau: 'Executer', entrez: ping 192.168.0.1
    (Ceci est juste un test du LAN INTERNE, vous ne pouvez pas encore pinguer le monde extérieur.) Si vous ne recevez pas de réponses de vos PINGs, vérifiez votre configuration réseau.

4.3 Configuration de Windows for Workgroup 3.11

NDT : je n'ai accès à AUCUN Windows, je ne peux donc pas tester ce que je traduis. Merci de me faire parvenir les incorrections. Ceci reste valable pour toute la suite de ce document. Merci de ne pas m'en tenir rigueur.

  1. Si vous n'avez pas encore installé votre carte réseau ou ses drivers, faites le maintenant. L'explication de ces étapes sort du cadre de ce document.
  2. Installez le package TCP/IP 32b si vous ne l'avez pas encore fait.
  3. Dans 'Main'/'Reglages Windows'/'Reglages Reseaux', cliquez sur 'Drivers'.
  4. Sélectionnez 'Microsoft TCP/IP-32 3.11b' dans la section 'Drivers Reseaux', cliquez sur 'Regler'.
  5. Réglez ensuite l'adresse IP : 192.168.0.x (1 < x < 255), et le masque de sous-réseau : 255.255.255.0 et la Passerelle par Défaut a 192.168.0.1
  6. N'activez aucune des options suivantes (à moins que vous sachiez exactement ce que vous faites) :

  7. Cliquez sur 'DNS', saisissez les informations que votre serveur Linux utilise (généralement dans /etc/resolv.conf) et cliquez sur 'OK'quand vous avez fini.
  8. Cliquez sur 'Avances', activez 'DNS pour la Resolution des Noms Windows' et 'Activer la Recherche LMHOSTS' que vous trouverez dans c:\windows.
  9. Cliquez sur 'OK' sur toutes les boites de dialogue et redémarrer votre ordinateur.
  10. Pinguez le serveur Linux pour tester la connexion réseau: 'Executer', entrez: ping 192.168.0.1
    (Ceci est juste un test du LAN INTERNE, vous ne pouvez pas encore pinguer le monde extérieur.) Si vous ne recevez pas de réponses de vos PINGs, vérifiez votre configuration réseau.

4.4 Configuration des Systèmes Basés sur UNIX

  1. Si vous n'avez pas encore installé votre carte réseau et recompilé votre noyau avec les drivers correspondants, faites le maintenant. L'explication de ces étapes sort du cadre de ce document.
  2. Installez le réseau TCP/IP, tel que le package net-tools, si vous ne l'avez pas encore fait.
  3. Changez IPADDR en 192.168.0.x (1 < x < 255), et changez ensuite NETMASK en 255.255.255.0, GATEWAY en 192.168.0.1, et BROADCAST en 192.168.0.255

    Par exemple avec les Linux Redhat, vous pouvez modifier le fichier /etc/sysconfig/network-scripts/ifcfg-eth0, ou simplement le faire grâce au Tableau de Bord. Ces changement se font différemment sur les autres UNIXes tels que SunOS, BSDi, Slackware Linux, Solaris, SuSe, Debian, etc.). Reportez vous à la documentation de votre UNIX pour de plus amples informations.

  4. Ajoutez votre DNS et votre domaine de recherche dans /etc/resolv.conf et suivant la version de votre UNIX, modifiez le fichier /etc/nsswitch.conf pour activer les DNS.
  5. Vous pouvez aussi mettre à jour votre fichier /etc/networks suivant vos reglages.
  6. Redémarrer les services consernés ou plus simplement, redémarrez votre machine.
  7. Faites un ping : ping 192.168.0.1 pour tester votre connexion avec la passerelle.
    (Ceci est juste un test du LAN INTERNE, vous ne pouvez pas encore pinguer le monde exterieur.) Si vous ne recevez pas de réponses de vos PINGs, vérifiez votre configuration réseau.

4.5 Configuration de DOS avec le package NCSA Telnet

  1. Si vous n'avez pas encore installé votre carte réseau ou ses drivers, faites le maintenant. L'explication de ces étapes sort du cadre de ce document.
  2. Chargez les drivers correspondants. Par exemple : pour la carte Ethernet NE2000 sur le port d'E/S 300 et d'IRQ 10, tappez nwpd 0x60 10 0x300
  3. Créez un nouveau répertoire et dezippez le package NCSA Telnet : pkunzip tel2308b.zip
  4. Utilisez un éditeur de texte pour ouvrir le fichier config.tel
  5. Modifiez myip=192.168.0.x (1 < x < 255), et netmask=255.255.255.0
  6. Dans cet exemple, vous devriez mettre : hardware=packet, interrupt=10, ioaddr=60
  7. Vous devriez avoir au moins une machine comme passerelle, i.e. la machine Linux :

    name=default
    host=votreMachineLinux
    hostip=192.168.0.1
    gateway=1
    

  8. Entrez aussi les spécifications de votre serveur DNS :

    name=dns.domain.com ; hostip=123.123.123.123; nameserver=1
    

    NB : remplacez les information ci-dessus par les informations DNS qu'utilisent le serveur Linux

  9. Sauvegarder votre fichier config.tel
  10. Faites un telnet vers le serveur linux pour tester la connexion reseau : telnet 192.168.0.1. Si vous ne recevez pas de réponse, vérifiez votre configuration réseau.

4.6 Configuration d'une machine tournant sous MacOS et MacTCP

  1. Si vous n'avez pas encore installé votre carte réseau ou ses drivers, faites le maintenant. L'explication de ces étapes sort du cadre de ce document.
  2. Ouvrez le tableau de bord MacTCP. Sélection les bons drivers réseaux (Ethernet, PAS EtherTalk) et cliquez sur le bouton 'More...'.
  3. Dans 'Obtain Address:', cliquez sur 'Manually'.
  4. Dans 'Adresse IP:', sélectionnez class C du menu déroulant. Ignorez le reste de cette boite de dialogue.
  5. Remplissez les informations nécessaires dans 'Adresses Serveurs de Noms :'.
  6. Dans 'Adresse Passerelle :', entrez 192.168.0.1
  7. Cliquez sur 'OK' pour sauvegarder vos réglages. Dans la fenêtre principale de MacTCP, entrez l'adresse IP de votre Mac (192.168.0.x, 1 < x < 255) dans le champs 'Adresse IP :'.
  8. Fermez le Tableau de Bord MacTCP. Si un dialogue vous demande de redémarrer, faites le.
  9. Vous pouvez aussi faire un ping vers le serveur Linux pour tester la connexion de votre réseau. Si vous avez le freeware MacTCP Watcher, cliquez sur le bouton 'Ping', et entrez l'adresse de votre serveur linux (192.168.0.1) dans le dialogue qui apparaît. (Ceci est juste un test du LAN INTERNE, vous ne pouvez pas encore pinguer le monde exterieur.) Si vous ne recevez pas de réponses de vos PINGs, vérifiez votre configuration réseau.
  10. Vous pouvez eventuellement créer un fichier Hosts dans le Dossier Système pour pouvoir utiliser des noms de machines sur votre LAN. Ce fichier existe probablement déjà dans votre Dossier Système et devrait contenir quelques exemples (en commentaire donc désactives) que vous pouvez modifier suivant vos besoins.

4.7 Configuration d'une machine tournant sous MacOS et Open Transport

  1. Si vous n'avez pas encore installé votre carte réseau ou ses drivers, faites le maintenant. L'explication de ces étapes sort du cadre de ce document.
  2. Ouvrez le Tableau de Bord TCP/IP et choisissez 'Mode Utilisateur...' dans le menu Edit. Verifiez que le mode en cours est au moins sur 'Avancé' et cliquez sur le bouton 'OK'.
  3. Choisissez ensuite 'Configurations...' dans le menu Fichier. Sélectionnez la configuration 'Par Defaut' et cliquer sur 'Dupliquer...'. Entrez 'IP Masq' (ou quelquechose que vous reconnaitrez comme une configuration spéciale) dans le dialogue de 'Dupliquer la Configuration', qui vous dit sans doute quelquechose du style 'Par Defaut copie'. Cliquez ensuite sur le bouton 'OK', et finalement sur le bouton 'Selectionner'
  4. Selectionnez 'Ethernet' dans le menu deroulant 'Connexion :'.
  5. Selectonnez l'article approprié dans le menu déroulant 'Configuration:'. Si vous ne savez pas ce qu'il faut choisir, c'est que vous devez probablement choisir le même article celui de votre configuration 'Par Defaut' et quittez. Moi j'utilise 'Manuellement'.
  6. Entrez l'adresse IP de votre Mac (192.168.0.x, 1 < x < 255) dans le champ 'Adresse IP :'.
  7. Entrez 255.255.255.0 dans le champ 'Masque sous-reseau :'.
  8. Entrez 192.168.0.1 dans le champ 'Adresse du Routeur :'.
  9. Entrez les Adresses IP de vos serveurs DNS dans le champ 'Adr. Serv. de Noms :'.
  10. Entrez votre nom domaine de recherche Internet (ex : 'microsoft.com') dans le champ 'Domaine de Départ' en dessous de 'Domaine de recherche implicite :'.
  11. Les procédures qui suivent sont optionnels. Des valeurs incorrects peuvent causer un comportement erratique. Si vous n'êtes pas sûr de ce que vous faites, c'est sans doute plus sûr de les laisser vides, non-cochés et/ou non sélectionnés. Retirez les informations de ces champs si nécessaire. A ma connaissance, il n'est pas possible, au travers des dialogues de TCP/IP, de dire au système de ne pas utiliser un fichier "Hosts" précédement sélectionné. Si vous savez comment faire, faites moi en part.

    Cochez la case '802.3' si votre réseau a besoin des fenêtres de type 802.3.

  12. Cliquez sur 'Options...'et vérifiez que TCP/IP est actif. J'utilise l'option 'Charger uniquement au besoin'. Si vous lancez et quittez souvent des applications TCP/IP sans redémarrer, vous trouverez sans doute, que décocher l'option 'Charger uniquement au besoin'va empêcher/réduire les effets de la gestion de la mémoire sur vos machines. Quand cette option est décochée, les piles du protocole TCP/IP sont toujours chargées et disponibles. Quand cette option est cochée, les piles TCP/IP sont chargées automatiquement quand il le faut et sont ensuite déchargées (unloaded). C'est ce chargement/déchargement qui provoque la fragmentation de la mémoire de vos machines.
  13. Vous pouvez aussi faire un ping vers le serveur Linux pour tester la connexion de votre réseau. Si vous avez le freeware MacTCP Watcher, cliquez sur le bouton 'Ping', et entrez l'adresse de votre serveur linux (192.168.0.1) dans le dialogue qui apparaît. (Ceci est juste un test du LAN INTERNE, vous ne pouvez pas encore pinguer le monde extérieur.) Si vous ne recevez pas de réponses de vos PINGs, vérifiez votre configuration réseau.
  14. Vous pouvez eventuellement créer un fichier Hosts dans le Dossier Système pour pouvoir utiliser des noms de machines sur votre LAN. Ce fichier existe probablement déjà dans votre Dossier Système et devrait contenir quelques exemples (en commentaire donc désactivés) que vous pouvez modifier suivant vos besoins. Sinon, vous pouvez récupérer une copie d'une machine qui tourne sous MacTCP ou simplement créer le votre (il suit un sous format des fichiers UNIX /etc/hosts, décrit dans la RFC952). Une fois ce fichier créé, ouvrez le Tableau de Bord TCP/IP, cliquez sur bouton 'Choisir un fichier "Hosts"...', et choisissez le fichier Hosts.
  15. Cliquez sur la case de fermeture ou choisissez 'Fermer' ou 'Quitter' dans le menu Fichier, et cliquez ensuite sur 'Sauvegarder' pour enregistrer vos changements.
  16. Les changements prennent effet immediatement mais un petit redémerrage ne ferait pas de mal non plus.

4.8 Configuration du réseau Novell sous DNS

  1. Si vous n'avez pas encore installé votre carte réseau ou ses drivers, faites le maintenant. L'explication de ces étapes sort du cadre de ce document.
  2. Téléchargez tcpip16.exe ici : The Novell LanWorkPlace page
  3. edit c:\nwclient\startnet.bat
    
    : (voici une copie du mien)
    SET NWLANGUAGE=ENGLISH
    LH LSL.COM
    LH KTC2000.COM
    LH IPXODI.COM
    LH tcpip
    LH VLM.EXE
    F:
    
  4. edit c:\nwclient\net.cfg
    
    : (changer le lien du driver vers le votre i.e. NE2000)
    Link Driver KTC2000
            Protocol IPX 0 ETHERNET_802.3    
            Frame ETHERNET_802.3     
            Frame Ethernet_II        
            FRAME Ethernet_802.2
    
    NetWare DOS Requester
               FIRST NETWORK DRIVE = F
               USE DEFAULTS = OFF
               VLM = CONN.VLM
               VLM = IPXNCP.VLM
               VLM = TRAN.VLM
               VLM = SECURITY.VLM
               VLM = NDS.VLM
               VLM = BIND.VLM
               VLM = NWP.VLM
               VLM = FIO.VLM
               VLM = GENERAL.VLM
               VLM = REDIR.VLM
               VLM = PRINT.VLM
               VLM = NETX.VLM
    
    Link Support
            Buffers 8 1500
            MemPool 4096
    
    Protocol TCPIP
            PATH SCRIPT     C:\NET\SCRIPT
            PATH PROFILE    C:\NET\PROFILE
            PATH LWP_CFG    C:\NET\HSTACC
            PATH TCP_CFG    C:\NET\TCP
            ip_address      192.168.0.xxx
            ip_router       192.168.0.1
    
    Changez votre adresse IP dans le champs "ip_address" si dessus (192.168.0.x, 1 < x < 255) 
    et créez enfin le fichier c:\bin\resolv.cfg:
    
    SEARCH DNS HOSTS SEQUENTIAL
    NAMESERVER xxx.xxx.xxx.xxx
    NAMESERVER yyy.yyy.yyy.yyy
    
  5. Maintenant modifiez les entrées "NAMESERVER" et remplacez less avec les adresses IP correctes pour votre serveur DNS local.
  6. Faites un ping : ping 192.168.0.1 pour tester votre connexion avec la passerelle.
    (Ceci est juste un test du LAN INTERNE, vous ne pouvez pas encore pinguer le monde extérieur.) Si vous ne recevez pas de réponses de vos PINGs, vérifiez votre configuration réseau.

4.9 Configuration d'OS/2 Warp

NDT : je ne connais pas OS/2 et ne sais pas s'il existe une version francaise de ce système.

  1. Si vous n'avez pas encore installé votre carte réseau et recompilé votre noyau avec les drivers correspondants, faites le maintenant. L'explication de ces étapes sort du cadre de ce document.
  2. Installez le protocole TCP/IP si vous ne l'avez pas déjà fait.
  3. Allez dans Programs/TCP/IP (LAN) / TCP/IP Settings
  4. Dans le champ 'Network' ajoutez votre Adresse TCP/IP (192.168.0.x) et réglez votre masque de sous-réseau (255.255.255.0)
  5. Sous 'Routing' cliquez sur 'Add'. Comme Type mettez 'default' et tappez l'Adresse IP de votre serveur Linux dans le champ 'Router Address'. (192.168.0.1).
  6. Mettez les adresses des serveurs DNS (Serveurs de Noms) qu'utilisent votre serveur Linux dans 'Hosts'.
  7. Fermez le tableau de bord TCP/IP. Répondez par oui aux questions qui suivent.

  8. Redémarrez votre système
  9. Vous pouvez faire un ping vers votre serveur Linux pour tester votre configuration réseau. Tappez 'ping 192.168.0.1' dans la fenetre de prompt d'OS/2. Si vous recevez les packets ping, c'est que tout ce passe bien.

4.10 Configuration d'OS/400 sur un IBM AS/400

La configuration de TCP/IP sur OS/400 version V4R1M0 sur un AS/400 dépasse le cadre de ce document.

1) Pour pouvoir configurer toute tâche de communication sur votre AS/400, vous devez avoir le privilège spécial *IOSYSCFG (I/O System Configuration) dans votre profile utilisateur. Vous pouvez verifier les caractéristiques de votre profil utilisateur avec la commande DSPUSRPRF

2) Tappez la commande GO CFGTCP pour accéder au menu de configuration de TCP/IP.

3) Selectionnez Option 2 - Work with TCP/IP Routes.

4) Entrer un 1 dans le champs Opt pour ajouter une route * dans Route Destination (Route de Destination) tappez *DFTROUTE * dans Subnet Mask (Masque de sous reseau) tappez *NONE * dans Type of Service (Type de Service) tappez *NORMAL * dans Next Hop (Prochain saut) tappez l'adresse IP de votre passerelle (le serveur linux)

4.11 Configuration des autres Systèmes

La même logique devrait s'appliquer pour les réglages sur les autres plateformes. Consultez les sections précédentes. Si vous êtes intéréssés par la rédaction des méthodes pour les systèmes qui n'ont pas encore été traités, vous pouvez envoyer par email les instructions détaillés à ambrose@writeme.com et dranch@trinnet.net.

5. Tester IP Masquerade

Enfin, il est temps de faire un essai officiel de l'IP Masquerading après ce dur labeur. Si vous n'avez pas encore redémarré votre serveur Linux, faites le pour être sur que la machine démarre bien, exécute les scripts /etc/rc.d/rc.firewall etc. Ensuite, vérifiez que les connexions internes de votre LAN et les connexions de votre serveur Linux avec Internet fonctionnent bien.

Faites ces -10- tests pour être sur que les différents aspects de votre configuration MASQ fonctionnent correctement :

5.1 Tester les connexions locales

5.2 Tester les connexions internes du serveur Linux

5.3 Tester la Connection Externe du serveur Linux

5.4 Tester les connexions locales des PC vers le serveur Linux

5.5 Tester le forwarding des paquets internes MASQ ICMP

5.6 Tester le forwarding de paquets MASQ ICMP externes

5.7 Tester le fonctionnement de MASQ sans DNS

5.8 Tester le fonctionnement de MASQ avec DNS

5.9 Tester plus de fonctionnalités de MASQ avec DNS

5.10 S'il reste des problèmes de fonctionnement, performances etc.

6. Autres problèmes relatifs à IP Masquerade et à la compatibilité logicielle

6.1 Problèmes avec IP Masquerade

Certaines applications des protocoles TCP/IP ne fonctionnent pas actuellement avec l'IP Masquerading sous Linux parce que soit ils supposent des choses sur les numéros de port soit ils encodent sur les adresses TCP/IP et/ou les numéros de port dans leur flux de données. Ces derniers protocoles ont besoin de proxies ou de modules IP MASQ spécifiques pour fonctionner correctement dans le code de masquerading.

6.2 Services entrant

Par défaut, Linux IP Masquerading ne peut pas du tout prendre en charge les services entrant mais il y a quelques façons de les lui faire accepter.

Si vous n'avez pas besoin de beaucoup de securité, vous pouvez simplement forwarder ou rédiriger les ports IP. Il y a plusieurs façon de faire ça mais la plus stable est d'utiliser IPPORTFW. Pour plus d'informations, reportez vous à la section Forwarders .

Si vous désirez avoir un certain niveau d'autorisation sur les connexions entrantes, vous aurez besoin de configurer soit des TCP-wrappers, soit Xinetd pour permettre la connexion d'adresses IP specifiques. Un bon endroit où trouver des utilitaires et de la documentation est le TIS Firewall Toolkit.

De plus amples détails sur la securité entrante peuvent être trouvés dans le document TrinityOS et a l' IP Masquerade Resource.

6.3 Compatibilité Logicielle et autres notes sur la configuration

** La Linux Masquerade Application list a une tonne d'informations au sujet des applications qui fonctionnent à travers l'IP Masquerading sous Linux. Ce site a récemment été pris en charge par Steve Grevemeyer qui l'a doté d'une base de données complète. C'est une source exceptionnelle !

En général, toute application qui utilise le TCP et l'UDP standards devrait fonctionner. Si vous avez des suggestions, des indications etc. reportez vous à l' IP Masquerade Resource pour de plus amples détails.

Clients Réseaux qui -Fonctionnent- avec IP Masquerade

Clients Généraux:

Archie

toutes les plateformes compatibles, clients pour la recherche de fichiers (tous les clients archie ne sont pas compatibles)

FTP

toutes les plateformes compatibles, avec le module noyau ip_masq_ftp.o pour les connexions FTP actives.

Gopher client

toutes les plateformes compatibles

HTTP

toutes les plateformes compatibles, WWW surfing

IRC

toutes les plateformes compatibles, DCC est compatible via le module ip_masq_irc.o

NNTP (USENET)

toutes les plateformes compatibles, USENET news client

PING

toutes les plateformes compatibles, avec le module noyau ICMP Masquerading

POP3

toutes les plateformes compatibles, clients email

SSH

toutes les plateformes compatibles, TELNET/FTP clients sécurisés

SMTP

toutes les plateformes compatibles, serveurs d'email tels que Sendmail, Qmail, PostFix, etc.

TELNET

toutes les plateformes compatibles, session distante

TRACEROUTE

versions sous UNIX et Windows, quelques variantes pourraient ne pas fonctionner (NDT : fonctionne aussi sous MacOS)

VRML

Windows(peut-être toutes les plateformes compatibles), virtual reality surfing

client WAIS

toutes les plateformes compatibles

Clients Multimedia et Communication:

Toutes les applications H.323

- MS Netmeeting, Intel Internet Phone Beta , et autres applications H.323 - Il y a maintenant deux façons de faire fonctionner ces clients aux travers de connexions MASQuées :

Il y a un module BETA stable disponible sur le MASQ WWW site ou sur http://www.coritel.it/projects/sofia/nat.html pour utiliser Microsoft Netmeeting v3.x sous les noyaux 2.2.x. Il y aussi un autre module sur le site Web de MASQ spécifique à Netmeeting 2.x pour les noyaux 2.0.x mais il n'est pas compatible avec Netmeeting v3.x.

Une autre solution, commerciale, et la passerelle Equivalence's PhonePatch H.323.

Alpha Worlds

Windows, Client-Serveur 3D programme de tchatche

CU-SeeMe

toutes les plateformes compatibles, avec le module ip_masq_cuseeme chargé, reportez vous SVP à la section CuSeeme pour de plus amples détails.

ICQ

Tous les clients sont compatibles. Requiert un noyau compilé avec la compatibilité IPPORTFW et ICQ configuré comme étant derrière un proxy NON-SOCKS. Une description complète de cette configuration est disponible à la section ICQ .

Internet Phone 3.2

Windows, communications audio Peer-to-peer, vous pouvez entrer en communication avec quelqu'un seulement si vous êtes l'appelant, vous ne pouvez être appelé sans un port forwarding spécifique. Reportez vous à la section Forwarders pour de plus amples détails.

Internet Wave Player

Windows, streaming audio par Internet

Powwow

Windows, communications textuelles peer-to-peer, vous pouvez entrer en communication avec quelqu'un seulement si vous êtes l'appelant, vous ne pouvez être appelé sans un port forwarding spécifique. Reportez vous à la section Forwarders pour de plus amples détails.

Real Audio Player

Windows, streaming audio par Internet, vous obtiendrez de meilleurs résultats avec le module UDP ip_masq_raudio

True Speech Player 1.1b

Windows, streaming audio par Internet

VDOLive

Windows, avec le patch ip_masq_vdolive

Worlds Chat 0.9a

Windows, Client-Serveur 3D programme de tchatche

Jeux - Reportez vous à la section LooseUDP pour de plus amples détails sur le patch LooseUDP

Battle.net

Fonctionne mais requiert les ports TCP 116 et 118 et les ports UDP 6112 IPPORTFWés vers la machine de jeu. reportez vous à la section Forwarders pour de plus amples détails. Veuillez notez que les serveurs FSGS et Bnetd requièrent toujours IPPORTFW puisqu'ils n'ont pas été réécrits pour être compatibles NAT.

BattleZone 1.4

Fonctionne avec le patch LooseUDP et les nouveaux .DLLs Activision compatibles NAT.

Dark Reign 1.4

Fonctionne avec le patch LooseUDP ou requiert les ports TCP 116 et 118 et les ports UDP 6112 IPPORTFWés vers la machine de jeu. Reportez vous à la section Forwarders pour de plus amples détails.

Diablo

Fonctionne avec le patch LooseUDP ou requiert les ports TCP 116 et 118 et les ports UDP 6112 IPPORTFWés vers la machine de jeu. Les nouvelles versions de Diablo n'utilisent que le port TCP 6112 et le port UDP 6112. Reportez vous à la section Forwarders pour de plus amples détails.

Heavy Gear 2

Fonctionne avec le patch LooseUDP ou requiert les ports TCP 116 et 118 et les ports UDP 6112 IPPORTFWés vers la machine de jeu. Reportez vous à la section Forwarders pour de plus amples détails.

Quake I/II/III

Fonctionne directement mais requiert le module ip_masq_quake s'il y a plus d'un joueur de Quake I/II/III derrière le serveur MASQ. Ce module n'est compatible qu'avec Quake I et QuakeWorld par défaut. Si vous voulez utiliser Quake II ou des ports non standard pour le server, reportez vous à la section d'installation des modules dans les jeux de règles rc.firewall-2.0.x et rc.firewall-2.2.x .

StarCraft

Fonctionne avec le patch LooseUDP ou requiert les ports TCP et UDP 6112 IPPORTFWés vers la machine de jeu. Reportez vous à la section Forwarders pour de plus amples détails.

WorldCraft

Fonctionne avec le patch LooseUDP

Autres Clients:

package Linux net-acct

Linux, package d'administration des comptes à distance

NCSA Telnet 2.3.08

DOS, une suite contenant telnet, ftp, ping, etc.

PC-anywhere pour Windows

MS-Windows, Controle à distance un PC par TCP/IP, fonctionne uniquement si c'est un client. Ne fonctionne pas sans un port forwarding spécifique si c'est le serveur. Reportez vous à la section Forwarders pour de plus amples details.

Socket Watch

utilise NTP - protocole d'horloge réseau

Clients qui ne sont pas entièrement compatibles avec IP MASQ :

Intel Streaming Media Viewer Beta 1

Impossible de se connecter au serveur

Netscape CoolTalk

Impossible de se connecter a l'hôte distant

WebPhone

Ne fonctionne pas (Il fait des suppositions erronnées au sujet des adresses).

6.4 Jeux de règles de d'IP Firewall (IPFWADM) plus résistants (Stronger)

Cette section fournit un guide plus detaillé d'utilisation de l'outil de firewall pour 2.0.x, IPFWADM. Reportez vous si dessous pour les règles d'IPCHAINS.

Voici un exemple d'un système de firewall/masquerade derrière une connexion PPP avec une adresse PPP statique (les instructions pour les connexions PPP dynamiques sont incluses mais désactivées). L'interface de confiance est 192.168.0.1 et l'adresse IP de l'interface PPP a été changée pour protéger le coupable :). J'ai listé chaque interface entrante et sortante pour détecter aussi bien les IP spoofings que les faux routage et/ou masquerading. Tout ce qui n'est pas explicitement permis est INTERDIT (euh... rejeté en fait). Si votre serveur IP MASQ ne fonctionne plus après avoir implémenté ce script rc.firewall, vérifiez que vous l'avez modifié pour votre propre configuration et contrôlez votre fichier SYSLOG /var/log/messages ou /var/adm/messages pour trouver d'éventuels erreurs de firewall.

Pour des exemples plus exhaustifs de règles ‘strong' d'IPFWADM IP Masqueradé pour PPP, modem pour cable, etc., vous pouvez vous référer à TrinityOS - Section 10 et GreatCircle's Firewall WWW page

NB: Si vous avez une adresse TCP/IP assignée de facon dynamique par votre FAI (PPP, aDSL, Cable, etc.) vous NE POUVEZ PAS CHARGER ces règles ‘strong' au moment du boot. Vous aurez soit à relancer le jeu de règles de ce firewall à CHAQUE FOIS que vous avez une nouvelle adresse IP soit faire un /etc/rc.d/rc.firewall plus intelligent. Pour faire ceci pour les utilisateurs de PPP, lisez attentitevement et enlever les marques de commentaires les lignes correspondantes dans la section “recuperation d'IP PPP dynamique” ci-dessous. Vous pouvez aussi trouver de plus amples détails dans le documentation TrinityOS - Section 10 sur les jeux de règles ‘Strong' et les adresses IP dynamiques.

Veuillez aussi noter qu'il existe plusieurs utilitaires de création de Firewall qui possèdent des interfaces graphiques. Vous pouvez vous reporter à la section FAQ pour des détails complets.

Enfin, si vous utilisez une adresse IP STATIQUE obtenue par PPP, changez la ligne "ppp_ip="votre.adresse.PPP.statique" par votre adresse.

----------------------------------------------------------------

#!/bin/sh
#
# /etc/rc.d/rc.firewall: Un exemple de jeu de regles d'un firewall IPFWADM semi-STRONG IPFWADM
#

PATH=/sbin:/bin:/usr/sbin:/usr/bin

# on teste, attendre un peu puis effacer toutes les regles de firewall
# enlever les marques de commentaire des lignes qui suivent si vous voulez que
# le firewall se desactive automatiquement au bout de 10 mins.
# (sleep 600; \
# ipfwadm -I -f; \
# ipfwadm -I -p accept; \
# ipfwadm -O -f; \
# ipfwadm -O -p accept; \
# ipfwadm -F -f; \
# ipfwadm -F -p accept; \
# ) &

# Charge les modules necessaires a IP MASQ
#
#   NB: Charger uniquement les modules IP MASQ dont vous avez besoin. Tous les modules 
#   IP MASQ actuels sont montres ci-dessous mais sont commentes pour les empecher de se charger.

# Necessaire pour le chargement initial des modules
#
/sbin/depmod -a

# Permet le masquerading correct des transfert de fichier par FTP avec la methode PORT
#
/sbin/modprobe ip_masq_ftp

# Permet le masquerading de RealAudio par UDP. Sans ce module,
#       RealAudio FONCTIONNERA mais en mode TCP. Ce qui peu causer une baisse
#       dans la qualite du son
#
#/sbin/modprobe ip_masq_raudio

# Permet le masquerading des transferts de fichier par DCC pour les IRC
#
#/sbin/modprobe ip_masq_irc


# Permet le masquerading de Quake et QuakeWorld par defaut. Ce module est
#   necessaire pour les utilisateurs multiples dirriere un server Linux MASQ. Si vous voulez  
#   jouer a Quake I, II, et III, utilisez le second exemple.
#
#   NB:  si vous rencontrez des ERREURs lors de chargement du module QUAKE, c'est que vous utilisez
#   un ancien noyau buggue. Mettez a jour votre noyau pour supprimer l'erreur.
#
#Quake I / QuakeWorld (ports 26000 and 27000)
#/sbin/modprobe ip_masq_quake
#
#Quake I/II/III / QuakeWorld (ports 26000, 27000, 27910, 27960)
#/sbin/modprobe ip_masq_quake 26000,27000,27910,27960


# Permet le masquerading du logiciel CuSeeme pour la video conference
#
#/sbin/modprobe ip_masq_cuseeme

# Permet le masquerading du logiciel VDO-live pour la video conference
#
#/sbin/modprobe ip_masq_vdolive


#CRITIQUE:  Active l'IP forwarding puisqu'il est desactive par defaut
#
#           Utilisateurs Redhat: vous pourrez essayer en changeant les options dans 
#                          /etc/sysconfig/network de:
#
#                       FORWARD_IPV4=false
#                             to
#                       FORWARD_IPV4=true
#
echo "1" > /proc/sys/net/ipv4/ip_forward


#CRITIQUE:  Active automatiquement l'IP defragmenting puisqu'il est desactive par defaut 
#           dans les noyaux 2.2.x. Ceci etait une option de compilation mais ca a change 
#           depuis le noyau 2.2.12
#
echo "1" > /proc/sys/net/ipv4/ip_always_defrag


# Utilisateurs d'IP Dynamiques:
#
#   Si vous recevez votre adresse IP de maniere dynamique a partir d'un server SLIP, PPP, ou 
#   DHCP, activez option suivante qui active le hacking (au bon sens du terme NDT) des
#   adresses IP dynamique dans IP MASQ, rendant ainsi les choses plus faciles pour les 
#   programmes du type Diald.
#
#echo "1" > /proc/sys/net/ipv4/ip_dynaddr


# Specifiez ici votre adresse IP statique.  
#
# Si vous avez une adresse IP DYNAMIQUE, vous devez faire trouver a ce jeu
# de regles votre adresse IP a chaque fois que vous avez une nouvelle. Dans ce but,
# activez le script d'une ligne qui suit. 

#
#   utilisateurs de DHCP :  
#   ----------------------
#   Si vous recevez votre adresse TCP/IP, **vous devez** activer les commandes 
#   #ées sous la section PPP ET remplacer le mot "ppp0" par le nom de votre 
#   de votre connexion Internet EXTERNE (eth0, eth1, etc). Notez aussi que le server
#   DHCP peut changer votre adresse IP. Pour resoudre ce probleme, les utilisateurs 
#   doivent configurer leur client DHCP de sorte qu'il relance le jeu de regles du firewall
#   chaque fois que leur bail DHCP est renouvele.
#
#     NB #1:  Quelques clients DHCP comme l'ancienne version de "pump" (les nouvelles
#               versions ont ete corrigees) n'avaient pas la capacité de relancer 
#               les scripts apres une renouvellement de bail. Pour cette raison, vous
#               aurez besoin de le remplacer par quelquechose du style "dhcpcd" ou "dhclient".
#
#     NB #2:  La syntaxe de "dhcpcd" a changé dans les versions recentes.
#
#               Les anciennes version avaient une syntaxe du type:
#                         dhcpcd -c /etc/rc.d/rc.firewall eth0
#
#               Les versions plus recentes ont une syntaxe du type:
#                         dhcpcd eth0 /etc/rc.d/rc.firewall
#
#     NB #3:  Pour les utilisateurs de Pump, ajouter cette ligne de commande dans votre
#     fichier /etc/pump.conf:
#
#                   script /etc/rc.d/rc.firewall
#
#   utilisateurs de PPP :  
#   ---------------------
#   Si vous n'etes pas deja au courant, le script /etc/ppp/ip-up est toujours lance quand 
#   une connexion PPP arrive. A cause de ca, on peut demander au jeu de regles d'aller recuperer 
#   la nouvelles adresse IP PPP et de mettre a jour notre jeu de regles du strong firewall.
#
#   Si le fichier /etc/ppp/ip-up existe deja, vous devez le modifier et ajouter une ligne
#   contenant "/etc/rc.d/rc.firewall" pres de la fin du fichier.
#
#   Si vous n'avez pas encore de script /etc/ppp/ip-up, vous devez creer le lien suivant  
#   pour lancer le script /etc/rc.d/rc.firewall.
#
#       ln -s /etc/rc.d/rc.firewall /etc/ppp/ip-up
#
#   * Vous devez ensuite activer les commandes #ees si dessous *
#
#  
# Utilisateurs de PPP et DHCP : 
# -----------------------------
# Enlevez le # de la ligne si dessous et placez un # sur la ligne suivante.
#
#ppp_ip="`/sbin/ifconfig ppp0 | grep 'inet addr' | awk '{print $2}' | sed -e 's/.*://'`"
#
ppp_ip="your.static.PPP.address"


# MASQ timeouts
#
#  timeout de 2 heures pour les sessions TCP
#  timeout de  10 sec pour le traffic apres que le paquet TCP/IP "FIN" est recu
#  timeout de 160 sec pour le traffic UDP (Important pour les utilisateur d'ICQ MASQues) 
#
/sbin/ipfwadm -M -s 7200 10 60


#############################################################################
# Entrée (incoming), flush et politique par defaut de rejet. En fait la politique par defaut
# est inapplicable parce qu'il y une regle qui attrape tout, refuse et logue.
#
/sbin/ipfwadm -I -f
/sbin/ipfwadm -I -p reject

# interface locale, machines locales, on peut allez n'importe ou
#
/sbin/ipfwadm -I -a accept -V 192.168.0.1 -S 192.168.0.0/24 -D 0.0.0.0/0

# interface distance, pretendant etre une machine locale, IP spoofing, tire toi
#
/sbin/ipfwadm -I -a reject -V $ppp_ip -S 192.168.0.0/24 -D 0.0.0.0/0 -o

# interface distante, toute source, peut aller a l'adresse PPP permanante
#
/sbin/ipfwadm -I -a accept -V $ppp_ip -S 0.0.0.0/0 -D $ppp_ip/32

# boucler sur l'interface est valide.
#
/sbin/ipfwadm -I -a accept -V 127.0.0.1 -S 0.0.0.0/0 -D 0.0.0.0/0

# regle qui attrape tout, refuse tout autre entrée et le logue. Dommage qu'il n'y ait pas
# d'options pour le log sur cette politique mais ceci va faire le travail :
#
/sbin/ipfwadm -I -a reject -S 0.0.0.0/0 -D 0.0.0.0/0 -o


#############################################################################
# Sortie (outgoing), flush et politique par defaut de rejet. En fait la politique par defaut
# est inapplicable parce qu'il y une regle qui attrape tout, refuse et logue.
#
/sbin/ipfwadm -O -f
/sbin/ipfwadm -O -p reject

# interface locale, toute source allant vers le reseau local est valide
#
/sbin/ipfwadm -O -a accept -V 192.168.0.1 -S 0.0.0.0/0 -D 192.168.0.0/24

# sortie vers le reseau local d'une interface distance, routage bizarre, rejet
#
/sbin/ipfwadm -O -a reject -V $ppp_ip -S 0.0.0.0/0 -D 192.168.0.0/24 -o

# sortie du reseau local vers une interface distante, masquerading modifié, rejet
#
/sbin/ipfwadm -O -a reject -V $ppp_ip -S 192.168.0.0/24 -D 0.0.0.0/0 -o

# sortie du reseau local d'une interface distante, rejet
#
/sbin/ipfwadm -O -a reject -V $ppp_ip -S 0.0.0.0/0 -D 192.168.0.0/24 -o

# tout autre chose qui sort de l'interface distance est valide
#
/sbin/ipfwadm -O -a accept -V $ppp_ip -S $ppp_ip/32 -D 0.0.0.0/0

# boucler sur l'interface est valide.
#
/sbin/ipfwadm -O -a accept -V 127.0.0.1 -S 0.0.0.0/0 -D 0.0.0.0/0

# regle qui attrape tout, refuse tout autre sortie et le logue. Dommage qu'il n'y ait pas
# d'options pour le log sur cette politique mais ceci va faire le travail :
#
/sbin/ipfwadm -O -a reject -S 0.0.0.0/0 -D 0.0.0.0/0 -o


#############################################################################
# Forwarding, flush et politique par defaut de rejet. En fait la politique par defaut
# est inapplicable parce qu'il y une regle qui attrape tout, refuse et logue.
#
/sbin/ipfwadm -F -f
/sbin/ipfwadm -F -p deny

# Masquerade a partir du reseau local sur l'interface locale vers n'importe ou.
#
/sbin/ipfwadm -F -a masquerade -W ppp0 -S 192.168.0.0/24 -D 0.0.0.0/0
#
# regle qui attrape tout, refuse tout autre forwarding et le logue. Dommage qu'il n'y ait pas
# d'options pour le log sur cette politique mais ceci va faire le travail :
#
/sbin/ipfwadm -F -a reject -S 0.0.0.0/0 -D 0.0.0.0/0 -o

#Fin du fichier.

Avec IPFWADM, vous pouvez bloquer le traffic vers un site particulier en utilisant les règles -I, -O ou -F. Souvenez vous que ces jeux de règles sont parcourus de début vers la fin et que "-a" dit a IPFWADM d'"ajouter" cette nouvelle règle au jeu de règles existant. Donc, en gardant ceci à l'esprit, toute restriction spécifique a besoin d'être ajoutée avant les règles globales. Par exemple :

avec la règle -I (input ):

Vraisemblablement la méthode la plus efficace et la plus rapide pour bloquer le traffic mais elle arrête seulement les machines MASQuées et NON la machine firewall elle-même. Biensûr, vous pourriez vouloir permettre cette combinaison :

Dans tous les cas, pour bloquer 204.50.10.13:

dans le jeu de règles de /etc/rc.d/rc.firewall :

... début des règles -I ...

# rejette et logue l'interface locale, les machines locales allant à 204.50.10.13
#
/sbin/ipfwadm -I -a reject -V 192.168.0.1 -S 192.168.0.0/24 -D 204.50.10.13/32 -o

# Interface locale, machines locales, allez n'importe où est valide
#
/sbin/ipfwadm -I -a accept -V 192.168.0.1 -S 192.168.0.0/24 -D 0.0.0.0/0

... fin des règles -I ...

avec la règle -O (output ):

C'est la méthode la plus lente parce que les paquets passent par le masquerading d'abord et sont ensuite éliminés. Cependant, cette règle empêche même la machine firewall d'accéder à des sites interdits.

... début des règles -O ...

# rejette et logue les transimissions sortantes vers 204.50.10.13
#
/sbin/ipfwadm -O -a reject -V $ppp_ip -S $ppp_ip/32 -D 204.50.10.13/32 -o

# tout autre chose qui sort de l'interface distante est valide
#
/sbin/ipfwadm -O -a accept -V $ppp_ip -S $ppp_ip/32 -D 0.0.0.0/0

... fin des règles -O ...
avec la règle -F (forward ):

Sans doute plus lent pour bloquer le traffic que les règles -I (input). Ne bloque que les traffics des machines masqueradées (i.e. les machines internes). La machine firewall peut toujours atteindre le(s) site(s) interdit(s).

... début des règles -F ...

# rejette et logue les transmissions de l'interface locale PPP vers 204.50.10.13.
#
/sbin/ipfwadm -F -a reject -W ppp0 -S 192.168.0.0/24 -D 204.50.10.13/32 -o

# Masquerade du reseau local vers vers n'importe où.
#
/sbin/ipfwadm -F -a masquerade -W ppp0 -S 192.168.0.0/24 -D 0.0.0.0/0

... fin des règles -F ...
Il n'y a pas besoin de règle spéciale pour permettres aux machines du réseau 192.168.0.0/24 d'aller à 204.50.11.0. Pourquoi ? Parce que c'est déjà traité dans la règle MASQ globale.

NB : Il y a plus d'une façon de coder les interfaces dans les règles si dessus. Par example au lieu de "-V 192.168.255.1", vous pouvez mettre "-W eth0", au lieu de "-V $ppp_ip", vous pouvez utiliser "-W ppp0". La méthode "-V" a été délaissée lors de la migration vers IPCHAINS mais pour les utilisateurs IPFWADM, c'est plus un choix personnel et de documentation plus qu'autre chose.

6.5 Règles de d'IP Firewall (IPCHAINS) plus résistants (Stronger)

Cette section fournit un guide plus détaillé sur l'utilisation de l'outil firewall des noyaux 2.2.X, IPCHAINS. Reportez vous ci-dessus pour les jeux de règles IPFAWDM.

Voici un exemple d'un système de firewall/masquerade derrière une connexion PPP avec une adresse PPP statique (les instructions pour les connexions PPP dynamiques sont incluses mais désactivées). L'interface de confiance est 192.168.0.1 et l'adresse IP de l'interface PPP a été changée pour protéger le coupable :). J'ai listé chaque interface entrante et sortante pour détecter aussi bien les IP spoofings que les faux routage et/ou masquerading. Tout ce qui n'est pas explicitement permis est INTERDIT (euh... rejeté en fait). Si votre serveur IP MASQ ne fonctionne plus après avoir implémenté ce script rc.firewall, vérifiez que vous l'avez modifié pour votre propre configuration et contrôlez votre fichier SYSLOG /var/log/messages ou /var/adm/messages pour trouver d'éventuels erreurs de firewall.

Pour des exemples plus exhaustifs de règles ‘strong' d'IPFWADM IP Masqueradé pour PPP, modem pour cable, etc., vous pouvez vous référer à TrinityOS - Section 10 et GreatCircle's Firewall WWW page

NB #1: les noyaux Linux 2.2.x inférieurs à 2.2.16 ont un trou de sécurité dans la couche TCP (root exploit) et les versions inférieurs à 2.2.11 ont un bug de fragmentation dans IPCHAINS. En raison de cela, les personnes utilisant le jeu de règles 'strong IPCHAINS' sont vulnérables aux attaques. Veuillez donc faire la mise à jour de votre noyau vers une version corrigée.

NB #2: Si vous avez une adresse TCP/IP assignée de facon dynamique par votre FAI (PPP, aDSL, Cable, etc.) vous NE POUVEZ PAS CHARGER ces règles ‘strong' au moment du boot. Vous aurez soit à relancer le jeu de règles de ce firewall à CHAQUE FOIS que vous avez une nouvelle adress IP soit faire un /etc/rc.d/rc.firewall plus intelligent. Pour faire ceci pour les utilisateurs de PPP, lisez attentitevement et enlever les marques de commentaires des lignes correspondantes dans la section “récuperation d'IP PPP dynamique” ci dessous. Vous pouvez aussi trouver de plus amples détails dans le documentation TrinityOS - Section 10 sur les jeux de régles ‘Strong' et les adresses IP dynamiques.

Veuillez aussi noter qu'il existe plusieurs utilitaires de création de Firewall qui possèdent des interfaces graphiques. Vous pouvez vous reporter à la section FAQ pour des détail complets.

Enfin, si vous utilisez une adresse IP STATIQUE obtenue par PPP, changer la ligne "ppp_ip="votre.adresse.PPP.statique" par votre adresse.

----------------------------------------------------------------


#!/bin/sh
#
# /etc/rc.d/rc.firewall: An example of a Semi-Strong IPCHAINS firewall ruleset. 
#

PATH=/sbin:/bin:/usr/sbin:/usr/bin

# Charge les modules necessaires a IP MASQ
#
#   NB: Charger uniquement les modules IP MASQ dont vous avez besoin. Tous les modules
#   IP MASQ actuels sont montres ci-dessous mais sont commentes pour les empecher de 
#   se charger.

# Necessaire pour le chargement initial des modules
#
/sbin/depmod -a

# Permet le masquerading correct des transfert de fichier par FTP avec la methode PORT
#
/sbin/modprobe ip_masq_ftp

# Permet le masquerading de RealAudio par UDP. Sans ce module,
#       RealAudio FONCTIONNERA mais en mode TCP. Ce qui peu causer une baisse
#       dans la qualite du son
#
/sbin/modprobe ip_masq_raudio

# Permet le masquerading des transferts de fichier par DCC pour les IRC
#
#/sbin/modprobe ip_masq_irc


# Permet le masquerading de Quake et QuakeWorld par defaut. Ce module est
#   necessaire pour les utilisateurs multiples dirriere un server Linux MASQ. Si vous voulez jouer 
#   a Quake I, II, et III, utilisez le second exemple.
#
#   NB:  si vous rencontrez des ERREURs lors de chargement du module QUAKE, c'est que vous utilisez
#   un ancien noyau buggue. Mettez a jour votre noyau pour supprimer l'erreur.
#
#Quake I / QuakeWorld (ports 26000 and 27000)
#/sbin/modprobe ip_masq_quake
#
#Quake I/II/III / QuakeWorld (ports 26000, 27000, 27910, 27960)
#/sbin/modprobe ip_masq_quake 26000,27000,27910,27960


# Permet le masquerading du logiciel CuSeeme pour la video conference
#
#/sbin/modprobe ip_masq_cuseeme

# Permet le masquerading du logiciel VDO-live pour la video conference
#
#/sbin/modprobe ip_masq_vdolive


#CRITIQUE:  Active l'IP forwarding puisqu'il est desactive par defaut
#
#           Utilisateurs Redhat: vous pourrez essayer en changeant les options dans 
#                          /etc/sysconfig/network de:
#
#                       FORWARD_IPV4=false
#                             to
#                       FORWARD_IPV4=true
#
echo "1" > /proc/sys/net/ipv4/ip_forward


#CRITIQUE: Active automatiquement l'IP defragmenting puisqu'il est desactive par defaut 
#           dans les noyaux 2.2.x.
#
#           Ceci etait une option de compilation mais ca a change 
#           depuis le noyau 2.2.12. Noter aussi que quelques distributions
#           ont enlevé cette option de la table /proc. Cette cette entrée n'est pas 
#           presente dans votre /proc, ne vous inquietez pas.
#
echo "1" > /proc/sys/net/ipv4/ip_always_defrag


# Utilisateurs d'IP Dynamiques:
#
#   Si vous recevez votre adresse IP de maniere dynamique a partir d'un server SLIP, PPP,
#   ou DHCP, activez option suivante qui active le hacking (au bon sens du terme NDT) des
#   adresses IP dynamique dans IP MASQ, rendant ainsi les choses plus faciles pour les 
#   programmes du type Diald.
#echo "1" > /proc/sys/net/ipv4/ip_dynaddr


# Active le patch LooseUDP dont certains jeux reseaux ont besoin
#
#  Si vous etes en train d'essayer de faire fonctionner un jeu sur Internet au travers votre
#  serveur MASQ, et vous l'avez configure le mieux que vous pouviez mais que ca fonctionne 
#  toujours pas, essayez d'activer cette option (en supprimant le # en debut de ligne). Cette 
#  option est desactivee par defaut pour eviter une probable vulnerabilite au port scanning 
#  UDP en interne.
#
#echo "1" > /proc/sys/net/ipv4/ip_masq_udp_dloose


# Specifiez ici votre adresse IP statique.  
#
# Si vous avez une adresse IP DYNAMIQUE :
# votre jeu de regles doit trouver votre adresse IP a chaque fois que vous avez une nouvelle.
# Dans ce but, activez le script d'une ligne qui suit. (Veuillez SVP noter que les differents
# apostrophes, guillemets etc. ont leur importance et sont distincts).
#
#
#   utilisateurs de DHCP :  
#   ----------------------
#   Si vous recevez votre adresse TCP/IP, **vous devez** activer les commandes 
#   #és sous la section PPP ET remplacerle mot "ppp0" par le nom de votre 
#   de votre connetion Internet EXTERNE (eth0, eth1, etc). Notez aussi que le server
#   DHCP peut changer votre adress IP. Pour resoudre ce probleme, les utilisateurs 
#   doivent configurer leur client DHCP de sorte qu'il relance le jeu de regles du firewall
#   chaque fois que leur bail DHCP est renouvele.
#
#     NB #1:  Quelques clients DHCP comme l'ancienne version de "pump" (les nouvelles
#               versions ont ete corrigees) n'avait pas la capacité de relancer 
#               les scripts apres une renouvellement de bail. Pour cette raison, vous
#               aurez besoin de le remplacer par quelquechose du style "dhcpcd" ou "dhclient".
#
#     NB #2:  La syntaxe de "dhcpcd" a changé dans les versions recentes.
#
#               Les anciennes version avaient une syntaxe du type:
#                         dhcpcd -c /etc/rc.d/rc.firewall eth0
#
#               Les versions plus recentes ont une syntaxe du type:
#                         dhcpcd eth0 /etc/rc.d/rc.firewall
#
#     NB #3:  Pour les utilisateurs de Pump, ajouter cette ligne de commande dans votre fichier
#    /etc/pump.conf:
#
#                   script /etc/rc.d/rc.firewall
#
#   utilisateurs de PPP :  
#   ---------------------
#   Si vous n'etes pas deja au courant, le script /etc/ppp/ip-up est toujours lance quand 
#   une connexion PPP arrive. A cause de ca, on peut demander au jeu de regles d'aller recuperer 
#   la nouvelles adresse IP PPP et de mettre a jour notre jeu de regles du strong firewall.
#
#   Si le fichier /etc/ppp/ip-up existe deja, vous devez le modifier et ajouter une ligne
#   contenant "/etc/rc.d/rc.firewall" pres de la fin du fichier.
#
#   Si vous n'avez pas encore de script /etc/ppp/ip-up, vous devez creer le lien suivant  
#   pour lancer le script /etc/rc.d/rc.firewall.
#
#       ln -s /etc/rc.d/rc.firewall /etc/ppp/ip-up
#
#   * Vous devez ensuite activer les commandes #ees si dessous *
#
#  
# Utilisateurs de PPP et DHCP : 
# -----------------------------
# Enlevez le # de la ligne si dessous et placez un # sur la ligne suivante.
#
#extip="`/sbin/ifconfig ppp0 | grep 'inet addr' | awk '{print $2}' | sed -e 's/.*://'`"

# Pour les utilisateurs de PPP avec une adresse IP statique:
#
extip="your.static.PPP.address"

# Tous les utilisateurs de PPP et DHCP doivent utiliser ceci pour corriger le nom de 
# leur interface EXTERNE
extint="ppp0"

# Assigne l'IP interne
intint="eth0"
intnet="192.168.0.0/24"


# MASQ timeouts
#
#  timeout de 2 heures pour les sessions TCP
#  timeout de  10 sec pour le traffic apres que le paquet TCP/IP "FIN" est recu
#  timeout de 160 sec pour le traffic UDP (Important pour les utilisateur d'ICQ MASQues) 
#
ipchains -M -S 7200 10 60

#############################################################################
# Entrée (incoming), flush et politique par defaut de rejet. En fait la politique par defaut
# est inapplicable parce qu'il y une regle qui attrape tout, refuse et logue.
#
ipchains -F input
ipchains -P input REJECT

# interface locale, machines locales, on peut allez n'importe ou
#
ipchains -A input -i $intint -s $intnet -d 0.0.0.0/0 -j ACCEPT

# interface distance, pretendant etre une machine locale, IP spoofing, tire toi
#
ipchains -A input -i $extint -s $intnet -d 0.0.0.0/0 -l -j REJECT

# interface distante, toute source, peut aller a l'adresse PPP permanante
#
ipchains -A input -i $extint -s 0.0.0.0/0 -d $extip/32 -j ACCEPT

# boucler sur l'interface est valide.
#
ipchains -A input -i lo -s 0.0.0.0/0 -d 0.0.0.0/0 -j ACCEPT

# regle qui attrape tout, refuse tout autre entrée et le logue. Dommage qu'il n'y ait pas
# d'options pour le log sur cette politique mais ceci va faire le travail :
#
ipchains -A input -s 0.0.0.0/0 -d 0.0.0.0/0 -l -j REJECT

#############################################################################
# Sortie (outgoing), flush et politique par defaut de rejet. En fait la politique par defaut
# est inapplicable parce qu'il y une regle qui attrape tout, refuse et logue.
#
ipchains -F output
ipchains -P output REJECT

# interface locale, toute source allant vers le reseau local est valide
#
ipchains -A output -i $intint -s 0.0.0.0/0 -d $intnet -j ACCEPT

# sortie vers le reseau local d'une interface distance, routage bizarre, rejet
#
ipchains -A output -i $extint -s 0.0.0.0/0 -d $intnet -l -j REJECT

# sortie du reseau local vers une interface distante, masquerading modifié, rejet
#
ipchains -A output -i $extint -s $intnet -d 0.0.0.0/0 -l -j REJECT

# tout autre chose qui sort de l'interface distance est valide
#
ipchains -A output -i $extint -s $extip/32 -d 0.0.0.0/0 -j ACCEPT

# boucler sur l'interface est valide.
#
ipchains -A output -i lo -s 0.0.0.0/0 -d 0.0.0.0/0 -j ACCEPT

# regle qui attrape tout, refuse tout autre sortie et le logue. Dommage qu'il n'y ait pas
# d'options pour le log sur cette politique mais ceci va faire le travail :
#
ipchains -A output -s 0.0.0.0/0 -d 0.0.0.0/0 -l -j REJECT

#############################################################################
# Forwarding, flush et politique par defaut de rejet. En fait la politique par defaut
# est inapplicable parce qu'il y une regle qui attrape tout, refuse et logue.
#
ipchains -F forward
ipchains -P forward DENY

# Masquerade a partir du reseau local sur l'interface locale vers n'importe ou.
#
ipchains -A forward -i $extint -s $intnet -d 0.0.0.0/0 -j MASQ
#
# regle qui attrape tout, refuse tout autre forwarding et le logue. Dommage qu'il n'y ait pas
# d'options pour le log sur cette politique mais ceci va faire le travail :
#
ipchains -A forward -s 0.0.0.0/0 -d 0.0.0.0/0 -l -j REJECT

#Fin du fichier.
Avec IPCHAINS, on peut bloquer le traffic vers un site particuler grâce aux règles "input", "output", et/ou "forward". Souvenez vous que les jeux de règles sont traitées de haut en bas et que "-A" dit a IPCHAINS de "coller" une nouvelle règle au jeu de règles existant. Donc, avec ça en tête, toute règle spécifique doit venir avant les règles globales. Par exemple :

Avec la règle "input" :

Vraisemblablement la méthode la plus efficace et la plus rapide pour bloquer le traffic mais elle arrête seulement les machines MASQuées et NON la machine firewall elle-même. Biensûr, vous pourriez vouloir permettre cette combinaison :

Dans tous les cas, pour bloquer 204.50.10.13:

dans le jeu de règles de /etc/rc.d/rc.firewall :

... début des règles -I ...

# rejette et logue l'interface locale, les machines locales allant à 204.50.10.13
#
ipchains -A input -s 192.168.0.0/24 -d 204.50.10.13/32 -l -j REJECT


... fin des règles -I ...

avec la règle -O (output ):

C'est la méthode la plus lente parce qeu les paquets passent par le masquerading d'abord et sont ensuite éliminés. Cependant, cette règle empêche meme la machine firewall d'accéder à des sites interdits.

... début des règles -O ...

# rejette et logue les transimissions sortantes vers 204.50.10.13
#
ipchains -A output -s $ppp_ip/32 -d 204.50.10.13/32 -l -j REJECT


# tout autre chose qui sort de l'interface distante est valide
#
ipchains -A output -s $ppp_ip/32 -d 0.0.0.0/0 -l -j ACCEPT

... fin des règles -O ...
avec la règle -F (forward ):

Sans doute plus lent pour bloquer le traffic que les règles -I (input). Ne bloque que les traffics des machines masqueradées (i.e. les machines internes). La machine firewall peut toujours atteindre le(s) site(s) interdit(s).

... début des règles -F ...

# rejette et logue les transmissions de l'interface locale PPP vers 204.50.10.13.
#
ipchains -A forward -i ppp0 -s 192.168.0.0/24 -d 204.50.10.13/32 -l -j REJECT


# Masquerade du reseau local vers vers n'importe où.
#
ipchains -A forward -i ppp0 -s 192.168.0.0/24 -d 0.0.0.0/0 -j MASQ

... fin des règles -F ...
Il n'y a pas besoin de règle spéciale pour permettre aux machines du réseau 192.168.0.0/24 d'aller à 204.50.11.0. Pourquoi ? Parce que c'est déjà traité dans la règle MASQ globale.

NB : Contrairement à IPFWADM, IPCHAINS n'a seulement qu'une manière de coder le nom des interfaces. IPCHAINS utilise l'option "-i eth0" là ou IPFADM avait le "-W" pour le nom de l'interface et le "-V" pour l'adresse IP de l'interface.

6.6 IP Masquerader plusieurs réseaux internes

Masquerader plus d'un réseau interne est une tâche plutôt simple. Vous devez d'abord vérifier que tous vos réseaux fonctionnent correctement (internes et externes). Vous devez ensuite permettre au traffic de passer dans les interfaces internes et d'être MASQués vers Internet.

Ensuite, vous devez activer le Masquerading sur les interfaces INTERNES. Cet exemple utilise au total TROIS interfaces : eth0 est une connexion EXTERNE vers Internet, eth1 est le réseau 192.1680.0.0, et eth2 et le réseau 192.168.1.0. eth1 et eth2 vont tous deux être MASQués au travers de l'interface eth0. Dans votre jeu de règles rc.firewall, juste à côté de votre ligne activant MASQ, ajoutez ce qui suit :

Notez qu'il est CORRECT d'avoir spécifé "eth0" plusieurs fois dans les exemples ci-dessus. La raison est que le noyau Linux a besoin de savoir quel interface est utilisé por le traffic SORTANT. Puisque eth0 est la connexion Internet dans les exemples précédents, elle est listée pour chaque interface interne.

6.7 IP Masquerade et les connexions téléphoniques sur demande

  1. Si vous voulez configurer votre réseau de manière à ce qu'il se connecte automatiquement par modem téléphonique à Internet, soit le package Diald de connexion sur demande soit les nouvelles versions de PPPd vous sernt d'une grande utilité. Diald est la solution recommandée en raison de sa configuration plus précise.
  2. Pour configurer Diald, reportez vous a la page suivant : Setting Up Diald for Linux Page ou à celle ci : TrinityOS - Section 23
  3. Une fois que Diald et IP Masq ont été configurés correctement, toute machine cliente MASQuée qui commence une session web, telnet ou ftp va provoquer la connexion dynamique par la machine Linux à Internet.
  4. Un timeout va avoir lieu pour la première connexion. C'est inévitable si vous utilisez un modem analogique. Le temps d'établir la connexion du modem et la connexion PPP peuvent être suffisamment longs pour provoquer des timeouts dans votre programme client (browser WWW, etc.). Toutefois, ce n'est pas commun. Si ca vous arrive, essayer simplement de relancer votre requêtre Internet (disons, la page web) et ca devrait marcher. Vous pouvez aussi essayer de mettre l'option noyau suivant : echo "1" > /proc/sys/net/ipv4/ip_dynaddr pour vous aider dans avec cette configuation initiale.

6.8 IPPORTFW, IPMASQADM, IPAUTOFW, REDIR, UDPRED, et d'autres outils de Port Forwarding

IPPORTFW, IPAUTOFW, REDIR, UDPRED, et les autres programmes sont des outils de port forwarding TCP et/ou UDP génériques pour Linux IP Masquerade. Ces outils sont typiquement utilisés avec ou en remplacement de modules IP MASQ spécifiques tels que ceux pour FTP, Quake, etc. Avec les port forwarders, vous pouvez rédiriger les connexions venant d'Internet vers une machine interne derrière le serveur IP MASQ, dont l'adresse est privée . Cette possibilité de forwarding inclus les protocoles réseaux tels que TELNET, WWW, SMTP, FTP (avec un patch special - regardez si dessous), ICQ, et bien d'autres.

NB : Si vous voulez juste faire un simple port forwarding sans IP Masquerading, vous aurez TOUJOURS BESOIN d'activer l'IP Masquerading dans votre noyau ET soit dans votre jeu de règles IPFWADM soit IPCHAINS pour être capable d'utiliser les outils de portforwarding de Linux

Alors pourquoi tous ces choix ? IPAUTOFW, REDIR, et UDPRED (toutes les URLs sont dans la section 2.0.x-Requirements ) étaient les premiers outils disponibles pour les utilisateurs d'IP MASQ pour permettre cette fonctionnalié. Plus tard, quand Linux IP Masquerade a mûri, ces outils furent remplacés par IPPORTFW qui constitue une solution plus intelligente. A cause de la disponibilité d'outils nouveaux, il est *FORTEMENT DECONSEILLE* d'utiliser les outils tels que IPAUTOFW et REDIR parce qu'ils n'informent pas correctement le noyau de leur présence et peuvent dans les cas les plus extrèmes d'utilisation CRASHer votre serveur Linux. Notez aussi que la solution la plus recente est MFW. Son avantage principal est de permettre une intégration plus étroite avec l'outil IPCHAINS. Avec cette solution, vous utilisez un jeu de règles IPCHAINS pour "Marker" un paquet spécifique et créer ensuite une chaine différente pour faire ensuite le bon forwarding. Cette méthode n'est pas encore traitée dans ce HOWTO.

NB #2 : avec PORTFW sur les noyaux 2.2.x, les machines internes NE PEUVENT PAS utiliser la meme adresse IP PORTFWdé pour acceder une machine interne bienque ça marche très bien avec des machines externes sur Internet. Si c'est un probèleme pour vous, vous pouvez AUSSI implémenter l'outil portfw REDIR pour laisser des machines internes être redirigées vers un serveur interne. Une chose à noter est que le jeu de règles de l'imminent NetFilter résoud ce problème. Si vous désirez avoir une explication technique sur les raisons du non fonctionnement du forwarding interne/externe, reportez vous SVP à la fin de la section PORTFW du noyau 2.2.x pour les notes de Juan.

NB #3 : Le forwarding du traffic de serveurs FTP vers un serveur FTP MASQué interne, connu sous le nom de PORTFW FTP, est maintenant compatible avec les noyaux 2.0.x et les noyaux 2.2.x . C'est possible soit en patchant le noyau Linux si la compatibilité n'est pas encore implémenté dans votre noyau ou bien un utilisant un programme de proxy FTP externe. Vous devriez aussi noter que le code du module noyau est toujours expérimental et que certaines personnes obtiennent de meilleurs résultats avec des sessions FTP ACTIVES par rapport aux connexions PASSIVES. Et, chose assez intéressante, d'autres personnes obtiennent exactement le contraire. Envoyez nous SVP vos résultats. De plus amples détails sont fournis dans les sections 2.2.x et 2.0.x en tant que solutions fournis pas les différents patches.

Avant de plonger dans l'installation de IPPORTFW pour 2.0.x ou de la version de 2.2.x de IPMASQADM avec le support IPPORTFW, veuillez noter qu'il peut y avoir des problèmes liés à la sécurité avec tout port forwarder. La raison est que ces outils créent un trou dans le firewall par paquet pour les port TCP/UDP forwardés. Bienque cela ne conduise à aucune menace pour votre machine Linux, ca pourrait être un problème pour la machine interne vers lequel ce traffic est forwardé. Ne vous inquietez pas non plus, voilà ce que Steven Clarke (l'auteur de IPPORTFW) a à dire sur ce sujet :

   "Port Forwarding est appelé seulement parmis les fonctions de masquerading il suit donc 
   les même règles que IPFWADM/IPCHAINS. Masquerading est une extension de IP forwarding.
   Toutefois, ipportfw ne vois les paquets que s'ils remplissent les conditions 
   d'entrée et de masquerading du jeu de règles d'ipfwadm."
Maintenant que l'on a dit ceci, il est important d'avoir un jeu de règles de firewall 'strong'. Reportez vous SVP aux sections Strong-IPFWADM-Rulesets et Strong-IPCHAINS-Rulesets pour de plus amples détails sur les jeux de règles 'strongs'.

Donc, pour installer l'IPPORTFW forwarding pour chacun des noyaux 2.0.x ou 2.2.x, vous devez recompiler le noyau Linux avec la compatibilité IPPORTFW.

IPMASQADM avec compatibilité IPPORTFW sur les noyaux 2.2.x

D'abord, vérifiez que vous avez les sources du noyau 2.2.x le plus récent dans /usr/src/linux. Si vous ne l'avez pas dejà fait, reportez vous SVP à la section Kernel-Compile pour de plus amples détails. Ensuite, téléchargez le programme "ipmasqadm.c" de la section 2.2.x-Requirements dans le repertoire /usr/src.

Vous aurez ensuite à compiler le noyau 2.2.x comme expliqué dans la section Kernel-Compile . Vérifiez bien que vous dites YES à l'option IPPORTFW quand vous configurez votre noyau. Une fois que vous avez compilé le noyau et que vous avez rebooté, revenez à cette section.

Maintenant, compilez et installez l'outil IPMASQADM :

        cd /usr/src
        tar xzvf ipmasqadm-x.tgz
        cd ipmasqadm-x
        make
        make install 

Ensuite, pour cet exemple, nous allons permettre à TOUT le traffic Internet WWW (port 80) arrivant à votre adresse Internet TCP/IP d'être forwardé vers une machine interne Masqueradée dont l'IP est 192.168.0.10.

PORTFW FTP : Comme mentionné precédemment, il y a deux solutions pour forwarder le traffic d'un server FTP vers une machine interne MASQuée. La première solution *EST* le module BETA IP_MASQ_FTP pour noyau 2.2.x pour PORT Forwarder les connexions FTP vers un serveur FTP interne MASQué. L'autre méthode est d'utiliser un programme de proxy FTP (l'URL se trouve dans la section 2.2.x-Requirements . Vouz devriez aussi noter que le module noyau FTP permet aussi d'ajouter des PORTFW FTP supplémentaires à la volée sans avoir à relancer le module et ainsi planter les connexions FTP en cours. Vous trouverez de plus amples détails sur le site d'IPMASQ WWW à http://ipmasq.cjb.net. Il y a aussi des exemples et des informations sur les connexions FTP PORTFWés ci dessous dans la section du noyau 2.0.x.

NB: Une fois le port forward du port 80 activé, ce port ne pourra plus être utilisé par le serveur Linux IP Masquerade. Pour être plus précis, si vous avez un server WWW sur le server MASQ, un portfw va maintenant diriger tous les internautes vers les pages WWW INTERNES et non vers celles du serveur IPMASQ.

Dans tous les cas, pour activer le port forwarding, modifiez le jeu de règles /etc/rc.d/rc.firewall. Ajoutez les lignes suivant mais assurez vous de remplacer le mot "$extip" par votre adresse IP.

NB: Si vous avez une adresse IP DYNAMQUE que vous recevez par votre FAI (PPP, ADSL, Cablemodems, etc.), vous aurez BESOIN de rendre votre jeu de règles /etc/rc.d/rc.firewall plus intelligent. Pour ce faire, reportez vous SVP à la section Strong-IPCHAINS-Rulesets ci-dessus ou à la section TrinityOS - Section 10 pour de plus amples détails sur les jeux de règles 'strong' et les adresses IP Dynamiques. Je vous donne une indication toutefois : /etc/ppp/ip-up pour les utilisateurs de PPP.

        /etc/rc.d/rc.firewall
        --

        #echo "Activation de l'IPPORTFW sur le LAN externe..."
        #
        /usr/sbin/ipmasqadm portfw -f
        /usr/sbin/ipmasqadm portfw -a -P tcp -L $extip 80 -R 192.168.0.10 80

        --

C'est tout ! Relancez juste votre jeu de règles /etc/rc.d/rc.firewall et testez le !

Si vous recevez le message d'erreur "ipchains: setsockopt failed: Protocol not available", c'est que vous n'êtes pas en train d'utiliser le nouveau noyau. Verifiez que vous avez bien installé le nouveau noyau, reconfigurez votre boot loader (par exemple LILO), et ensuite, rebootez. Si vous êtes sûr que vous êtes sur le nouveau noyau, lancez la commande "ls /proc/net/ip_masq" et verifiez que le fichier "portfw" existe. Si non, vous devez avoir fait une erreur lors de la configuation de votre noyau. Essayez de nouveau.

Pour ceux qui veulent comprendre pourquoi PORTFW ne peut pas rediriger le traffic des interfaces externes et internes, voici un email de Juanjo qui l'explique mieux :


De Juanjo Ciarlante
--

>Si j'utilise :
>
> ipmasqadm portfw -a -P tcp  -L 1.2.3.4 80 -R 192.168.2.3 80
>
>Tout fonctionne très bien a partir de l'exterieur mais les requetes internes pour la meme 
>adresse 1.2.3.4 echouent. Y a t-il des chaines qui permettent a une machine sur le reseau local 
>192.168.2.0 d'acceder à www.periapt.com sans utiliser de proxy ?

En fait, non.

D'habitude, je mets en place une règle ipmasqadm pour l'extérieur, *ET* un port
redirector pour l'intérieur. Ceci fonctionne parce que ipmasqadm connecte avant que redir 
ne recoive l'eventuelle connexion exterieur, _mais_ laisse les choses comme elles sont sinon
(géré par des règles APPROPRIEES).

Le vrai problème "conceptuel" provient du fait que la VRAIE IP du client (peer) cible
est sur le même réseau que le serveur cible

Le scénario d'un echec pour le "local masq" est :
   client: 192.168.2.100
   masq:   192.168.2.1
   serv:   192.168.2.10

1)client->server packet
 a) client:  192.168.2.100:1025  -> 192.168.2.1:80   [SYN]
 b) (masq):  192.168.2.100:1025  -> 192.168.2.10:80  [SYN]
            (et garde 192.168.2.1:61000 192.168.2.100:1025 apparentés)
 c) serv:    recoit le paquet masqué (1b)

2)server->client packet
 a) serv:    192.168.2.10:80     -> 192.168.2.100:1025  [SYN,ACK]
 b) client:  192.168.2.100:1025  -> 192.168.2.10:80     [RST]

Maintenant prenez le temps de comparer (1a) avec (2a).
Vous voyez, le serveur à repondu DIRECTEMENT au client sans passer par
masq (ne laissant donc pas masq ANNULER la modification du paquet) parce que
c'est le MEME réseau, donc le client annule la connexion.

J'espère que cela aide.

Amicalement,
Juanjo

IPPORTFW sur noyaux 2.0.x

D'abord, vérifiez que vous avez les sources du noyau 2.0.x le plus récent dans /usr/src/linux. Si vous ne l'avez pas dejà fait, reportez vous SVP à la section Kernel-Compile pour de plus amples détails. Ensuite, téléchargez le programme "ipmasqadm.c" de la section 2.0.x-Requirements dans le repertoire /usr/src.

Ensuite, si vous projetez de port forwarder le traffic FTP vers un serveur interne, vous allez devoir appliquer un NOUVEAU patch module additionnel, IP_MASQ_FTP, que vous trouverez à la section 2.0.x-Requirements . De plus amples détails le concernant se trouvent plus loin dans cette section. Veuillez noter SVP que ce n'est pas le même patch que pour les noyaux 2.2.x donc quelques fonctionnalités telles que le dynamique FTP PORT n'est pas présent.

Maintenant, copiez le patch IPPORTFW (subs-patch-x.gz) dans le repertoire de Linux

        cp /usr/src/subs-patch-1.37.gz /usr/src/linux

Ensuite, appliquez le patch noyau pour creer l'option noyau IPPORTFW :

        cd /usr/src/linux
        zcat subs-patch-1.3x.gz | patch -p1

Ok, il est temps de compiler le noyau comme indiqué à la section Kernel-Compile . Repondez YES à l'option IPPORTFW qui est maintenant disponible quand vous configurez le noyau. Une fois la compilation terminée, et après avoir rebooté, vous pouvez revenir à cette section.

Maintenant, avec votre nouveau noyau fraichment compilé, compilez et installer le programme "IPPORTFW"

        cd /usr/src
        gcc ipportfw.c -o ipportfw
        mv ipportfw /usr/local/sbin

Ensuite, pour cet exemple, nous allons permettre à TOUT le traffic Internet WWW (port 80) arrivant à votre adresse Internet TCP/IP d'être forwardé vers une machine interne Masqueradée dont l'IP est 192.168.0.10.

NB: Une fois le port forward du port 80 activé, ce port ne pourra plus être utilisé par le serveur Linux IP Masquerade. Pour être plus spécifique, si vous avez un server WWW sur le server MASQ, un portfw va maintenant diriger tous les internautes vers les pages WWW INTERNES et non vers celles du serveur IPMASQ. La seule solution à ce problème est de port fowarder un autre port, disons 8080, vers votre machine MASQ interne. Bienque cela fonctionne, tous les internautes devront coller un :8080 à l'URL pour pouvoir contacter votre server WWW MASQué interne.

Dans tous les cas, pour activer le port forwarding, modifiez le jeu de règles /etc/rc.d/rc.firewall. Ajoutez les lignes suivant mais assurez vous de remplacer le mot "$extip" par votre adresse IP.

NB: Si vous avez une adresse IP DYNAMQUE que vous recevez par votre FAI (PPP, ADSL, Cablemodems, etc.), vous aurez BESOIN de rendre votre jeu de règles /etc/rc.d/rc.firewall plus intelligent. Pour ce faire, reportez vous SVP à la section Strong-IPCHAINS-Rulesets ci dessus ou à la section TrinityOS - Section 10 pour de plus amples détails sur les jeux de règles 'strong' et les adresses IP Dynamiques. Je vous donne un peu indice toutefois : /etc/ppp/ip-up pour les utilisateurs de PPP.

        /etc/rc.d/rc.firewall
        --

        #echo "Activation de l'IPPORTFW sur le LAN externe..."
        #
        /usr/local/sbin/ipportfw -C
        /usr/local/sbin/ipportfw -A -t$extip/80 -R 192.168.0.10/80

    #  Veuillez notez SVP que le  PORTFWing du port 20 N'EST PAS nécessaire pour les
    #  connexions ACTIVES puisque le serveur FTP interne va lancer cette connexion
    #  sur le port 20 et qu'il va donc être correctement pris en charge par les mechanismes
    #  classiques de MASQ.
        --

C'est tout ! Relancez juste votre jeu de règles /etc/rc.d/rc.firewall et testez le !

Si vous recevez le message d'erreur "ipchains: setsockopt failed: Protocol not available", c'est que vous n'êtes pas en train d'utiliser le nouveau noyau. Verifiez que vous avez bien installé le nouveau noyau, reconfigurez votre boot loader (par exemple LILO), et ensuite, rebootez.

Port Forwarder des serveurs FTP :

Si vous projetez de port forwarder FTP vers une machine interne, les choses se compliquent. La raison en est que le module noyau IP_MASQ_FTP standard n'était pas écrit pour ça, meme si des utilisateurs nous ont dit que cela fonctionnait sans problème. Personnellement, sans le patch, j'ai entendu dire que les transferts de fichiers longs, qui excèdent 30 minutes vont échouer alors que d'autres personnes jurent que ça fonctionne sans problème. Quoiqu'il en soit, je vous recommande d'essayer cette instruction PORTFW avec le module STOCK ip_masq_ftp et de voir si ca fonctionne pour vous. Si ca marche pas, essayez d'utiliser le module ip_masq_ftp modifié.

Pour ceux qui ont besoin du module, Fred Viles a écrit un module IP_MASQ_FTP modifié pour faire en sorte que ca fonctionne. Si vous êtes curieux et que vous voulez savoir EXACTEMENT ce que sont les problèmes, téléchargez l'archive suivante parce que les documents de Fred sont très bien faits. Vous devez aussi comprendre que le patch est quelque peu expérimental et considerez le donc comme tel. Vous devez aussi noter que ce patch fonctionne UNIQUEMENT sur les noyaux 2.0.x puisqu'il y a un patch différent disponible pour les noyaux 2.2.x.

Donc, pour faire fonctionner le patch 2.0.x, vous avez besoin de :

Une fois que vous avez fait tout ça, modifiez votre jeu de règles /etc/rc.d/rc.firewall et ajoutez les lignes suivantes en prenant soin de remplacer "$extip" par votre propre adresse IP.

Cet exemple, comme ci-dessus, va permettre de renvoyer TOUT le traffic internet FTP (port 21) de votre connexion Internet TCP/IP vers la machine interne Masqueradée dont l'adresse IP est 192.168.0.10.

NB: Une fois le port forward du port 21 activé, ce port ne pourra plus être utilisé par le serveur Linux IP Masquerade. Pour être plus précis, si vous avez un server FTP sur le server MASQ, un portfw va maintenant diriger tous les internautes vers les pages FTP INTERNES et non vers celles du serveur IPMASQ.

        /etc/rc.d/rc.firewall
        --

        #echo "Activation de l'IPPORTFW sur le LAN externe..."
        #
        /usr/local/sbin/ipportfw -C
        /usr/local/sbin/ipportfw -A -t$extip/21 -R 192.168.0.10/21

        #NB :  Si vous allez utiliser plusieurs port locaux à PORTFWer
        #      vers plusieurs seveurs FTP internes (disons, 21, 2121, 2112,
        #      etc), vous devez configurer le module ip_masq_ftp pour qu'il
        #      ecoute ces ports. Pour ce faire, modifiez votre script 
        #      /etc/rc.d/rc.firewall comme le montre ce HOWTO
        #      pour qu'il ressemble a ceci :
        #
        # /sbin/modprobe ip_masq_ftp ports=21,2121,2112
        #
        # Relancez le script /etc/rc.d/rc.firewall pour que les changements
        # prennent effet.

    #Veuillez notez SVP que le  PORTFWing du port 20 N'EST PAS nécessaire pour les
    #  connexions ACTIVES puisque le serveur FTP interne va lancer cette connexion
    #  sur le port 20 et qu'il va donc être correctement pris en charge par les mechanismes
    #  classiques de MASQ.
        --

C'est tout ! Relancez juste votre jeu de règles /etc/rc.d/rc.firewall et testez le !

Si vous recevez le message d'erreur "ipchains: setsockopt failed: Protocol not available", c'est que vous n'êtes pas en train d'utiliser le nouveau noyau. Verifiez que vous avez bien installé le nouveau noyau, reconfigurez votre boot loader (par exemple LILO), et ensuite, rebootez.

6.9 CU-SeeMe et Linux IP-Masquerade

Linux IP Masquerade est compatible avec CuSeeme via le module noyau "ip_masq_cuseeme". Ce module noyau devrait être chargé par le script /etc/rc.d/rc.firewall. Une fois que le module "ip_masq_cuseeme" est installé, vous devriez être capables de recevoir et d'initier des connexions CuSeeme vers des réflecteurs distants et/ou des utilisateurs.

NB : Il est recommandé d'utiliser l'outil IPPORTFW au lieu du vieux IPAUTOFW pour utiliser CuSeeme.

Si vous avez besoin d'information explicites sur la configuration de CuSeeme, vous pouvez vous reporter à Michael Owings's CuSeeMe page pour un Mini-HOWTO ou The IP Masquerade Resources pour un mirroir de ce Mini-HOWTO.

6.10 Mirabilis ICQ

Il y a deux méthodes pour faire fonctionner ICQ derrière un serveur Linux MASQ. Une des solutions est d'utiliser le nouveau module ICQ Masq et l'autre solution est d'utiliser IPPORTFW.

Le modue ICQ a quelques avantages. Il permet une configuration simple pour plusieurs utilisateurs ICQ derrière un server MASQ. Il ne requiert pas non plus de changement dans les clients ICQ. Récemment, la version 2.2.x du module a été mis à jour pour permettre le transfert de fichier et le "chat" en temps-réél. Toutefois, la version 2.0.x du module n'est pas parfait. Toutefois, je pense maintenant que c'est la MEILLEURE méthode pour faire fonctionner ICQ avec IP Masq sous les noyaux 2.2.x.

Pour la configuration IPPORTFW, vous allez devoir faire quelques changements sur Linux et sur les clients ICQ mais toutes les fonctionnalités d'ICQ (messages, URLs, chat, transfert de fichier, etc.) fonctionnent.

Si vous êtes interessés par le module IP Masq ICQ pour les noyaux 2.2.x d'Andrew Deryabin's djsf@usa.net, vous pouvez vous reporter à la section 2.2.x-Requirements pour plus de détails.

6.11 Joueurs : Le patch LooseUDP

Le patch LooseUDP permet au jeux en réseau compatible NAT qui utilisent des connexion UDP de FONCTIONNER et d'avoir de bonnes performances derrière un serveur Linux IP Masquerade. Pour le moment, LooseUDP est disponible comme patch pour les noyaux 2.0.36+ mais se trouve par défaut dans les noyaux 2.2.3+ bien qu'il est DESACTIVE par DEFAUT dans 2.2.16+

Pour faire fonctionner LooseUDM sur un noyau 2.0.x, suivez les étapes suivantes :

Pour faire fonctionner LooseUDM sur un noyau 2.2.x, suivez les étapes suivantes :

Une fois que vous avez relancé le nouveau noyau avec le LooseUDP activé, vous devriez être en conditions pour la plupart des jeux compatibles NAT. Nous vous fournissons quelques URL pour des patchs qui feront fonctionner des jeux tels que BattleZone ou d'autres jeux compatibles NAT. Vous pouvez vous reporter à la section Game-Clients pour de plus amples détails.

7. Frequently Asked Questions (Foire Aux Questions)

Si vous avez des suggestions utiles à la FAQ à faire, veuillez envoyez SVP un email en anglais à dranch@trinnet.net. Veuillez clairement rédiger la question et ca réponse (si vous l'avez). Merci !

7.1 Quelles distributions sont fournis directement avec IP Masquerading ?

Si votre distribution Linux ne n'est pas fourni directement avec IP MASQ, ne vous inquiétez pas. Tout ce que vous avez à faire est de recompiler le noyau comme expliqué précédement dans ce HOWTO

NB : Si vous pouvez nous aider à remplir ce tableau, envoyez SVP un email à ambrose@writeme.com ou à dranch@trinnet.net.

7.2 Quelles sont la configuration matérielle minimale requise et les limitations d'IP Masquerade? Les performances sont-elles bonnes ?

Un 486/66 avec 16MO de RAM été bien plus que suffisant pour remplir les 1.54Mb/s d'une connexion T1 à 100% ! MASQ a aussi déjà bien tourné sur des 386SX-16 avec 8MO de RAM. Vous devez cependant noter que Linux IP Masquerade commence à faire des dechets avec plus de 500 entrées MASQ.

La seule application que je connaisse qui puisse temporairement casser Linux IP Masquerade est GameSpy. Pourquoi ? Quand il actualise ses listes, il crée des dizaines de milliers de connexions rapides pendant une TRES courte période. Jusqu'au timeout de ces sessions, les tables de MASQ sont pleines ("FULL"). Reportez vous à la section No-Free-Ports pour de plus amples détails.

Pendant qu'on y est :

Il y a une limite the 4096 connexions concurrentes chacune pour TCP & UDP. Cette limite peut être changée en bidouillant les valeurs de /usr/src/linux/net/ipv4/ip_masq.h, une limite supérieure de 32 000 devrait être OK. Si vous voulez changer cette limite, vous devez changer les valeurs de PORT_MASQ_BEGIN & PORT_MASQ_END pour avoir une taille correctemment dimensionnée au dessus de 32K et en dessous de 64K.

7.3 Quand je lance la commande rc.firewall, je reçois des erreurs "command not found". Pourquoi ?

Comment avez vous mis le fichier rc.firewall sur votre machine ? L'avez vous copié-collé dans une fenêtre de TELNET, ou envoyé par FTP à partir d'une machine Windows/DOS etc. ? Essayez ça ... logguez vous sur la machine Linux et lancer "vim -b /etc/rc.d/rc.firewall" et regarder si vos lignes finissent pas ^M. Si oui, effacer les ^M et essayer de nouveau.

7.4 J'ai vérifié toutes mes configurations, et j'arrive toujours pas à faire fonctionner IP Masquerade. Que dois-je faire ?

7.5 Comment puis-je m'inscrire ou consulter les mailing lists d'IP Masquerade et/ou IP Masqurade Developers et les archives ?

Il y a deux manières de s'inscrire aux deux mailing lists de Linux IP Masquerading. La première façon est d'envoyer un email à masq-request@indyramp.com. Pour s'inscrire à la mailing list de Linux IP Masquerading Developers, envoyez un email à masq-dev-request@indyramp.com. Reportez vous SVP à la boulette si dessous pour plus de détails.

La seconde méthode et d'utiliser un browser WWW et de vous inscrire via le formulaire qui se trouve à l'URL http://www.indyramp.com/masq-list/ pour la liste principale MASQ ou http://www.indyramp.com/masq-dev-list/ pour la liste MASQ-DEV.

Une fois abonné, vous recevrez des emails de la liste à laquelle vous vous êtes abonné. Notez aussi que les utilisateurs abonnés et NON-abonnés peuvent acceder aux archives des deux listes. Pour ce faire, veuillez SVP vous reporter aux URLs WWW si dessus pour plus de détails.

Enfin, veuillez noter que vous pouvez envoyer des emails à la liste MASQ uniquement à partir de votre compte/adresse avec lesquels vous vous êtes abonné.

Si vous avez des problèmes avec les mailing lists, ou l'archive de la mailing liste, veuillez contacter SVP Robert Novak.

7.6 En quoi IP Masquerade est différent des Proxy ou des services NAT ?


Proxy: les serveurs Proxy sont disponibles pour : Win95, NT, Linux, Solaris, etc.

                Avantages:      + (1) seule adresse IP; pas cher
                                + Peu optionnellement utiliser une cache pour de meilleurs
                                  performances (WWW, etc.)

                Inconvénients:   - Toutes les applications derrière un serveur
                                          proxy doivent être COMPATIBLES avec les 
                                          services proxy (SOCKS) et être CONFIGURES 
                                          pour utiliser le serveur Proxy
                                        - Fout en l'air les compteurs WWW et les stastiques WWW

         Un serveur proxy utilise seulement (1) une adresse IP publique, comme IP MASQ, et se 
         comporte comme un traducteur vers les clients du LAN prive (browser WWW, etc.) 
         Ce serveur proxy recoit les requetes tels que TELNET, FTP, WWW, etc. du reseau prive
         sur une interface. Il va ensuite initialiser ces requetes comme si c'etait quelqu'un sur
         la machine elle-meme qui les faisait. Une fois que le serveur distant sur Internet renvoie 
         les informations demandées, il va retraduire les adresses TCP/IP vers les machines 
         internes et envoyer le traffic vers la machine interne qui avait fait la demande. C'est 
         la raison pour laquelle il est appelé serveur PROXY.

                NB :   TOUTE application que vous pourriez vouloir utiliser sur les
                       machines internes *DOIT* avoir la compatibilité avec les serveurs
                       proxy, comme Netscape et quelques applications parmi les meilleurs 
                       clients TELNET et FTP. Tout client qui n'est pas compatible avec 
                       les serveurs proxy ne fonctionnera pas.

         Une autre chose bien a propos des serveurs proxy est que quelques uns d'entre eux 
         peuvent aussi servir à faire du cache (antememoire) (Squid pour WWW). Imaginez alors  
         vous avez 50 machines 'proxies' qui vont charger Nestcape en meme temps. S'ils sont 
         que installés avec la page de garde par defaut, vous allez avoir 50 copies de la 
         Netscape qui vont arriver a travers le WAN pour chaque ordinateur. Avec un proxy a 
         meme page Web antememoire, seule une copie serait telechargee par le serveur proxy et ensuites 
         les machines proxies recevraient la page à partir de l'antememoire. Cela va non 
         seulement economiser de la bande passante sur la connexion Internet, mais en plus ca va etre
         BEAUCOUP BEAUCOUP plus rapide pour les machines internes proxies.
         

MASQ:    IP Masq est disponible sur Linux et quelques routeurs ISDN tels que
 ou      le Zytel Prestige128, Cisco 770, les routeurs ISDN NetGear, etc.
1:Many
 NAT     
                Avantages:      + (1) seule adresse IP; pas cher
                                + N'a pas besoin de compatibilite speciale des applications
                                + Utilise un firewall logiciel donc votre reseau peu devenir 
                                plus sur

                Inconvénients:   - Requiert une machine Linux ou un routeur ISDN special
                                (meme si d'autres produits pourraient l'avoir...)
                                - Le traffic entrant ne peut acceder au LAN interne sans que
                                le LAN interne soit initiateur du traffic ou qu'il y ait un 
                                logiciel specifique pour le port forwarding d'installe.
                                Beaucoup de serveurs NAT NE PEUVENT PAS fournir cette 
                                fonctionnalité
                                - Des protocoles speciaux doivent etre traites de maniere speciale
                                par les redirecteurs de firewall, etc. Linux est completement 
                                compatible avec ceux-ci (FTP, IRC, etc.) mais beaucoup de routeurs 
                                NE le SONT PAS (NetGear DOES).
                                

         Masq ou 1:Many NAT est similaire a un serveur proxy parce que le serveur va faire une
         translation d'adresse IP et faire croire au serveur distant (par exemple le serveur WWW)
         que c'est le serveur MASQ qui a fait la requete et non la machine interne.
         
         Une difference majeure entre un serveur MASQ et un serveur PROXY est que les serveurs
         MASQ n'ont pas du tout besoin de changement de configuration des machines clientes. 
         Il suffit de les configurer pour qu'elles utilisent la machine linux en tant que leur
         passerelle par defaut et tout fonctionne correctement. Vous AUREZ besoin d'installer
          des modules linux speciaux pour faire fonctionner des trucs genre RealAudio, FTP, etc. !
         
         De plus, de nombreuses personnes utilisent IP MASQ pour le TELNET? FTP, etc. *ET* 
         mettent en place un serveur proxy avec cache sur la meme machine Linux pour le traffic
         WWW afin d'obtenir de meilleurs performances.
         

NAT:     des serveurs NAT sont disponibles sur Windows 95/NT, Linux, Solaris, et quelques  
         un des meilleurs routeurs ISDN (pas chez Ascend)        

                Avantages:      + Tres configurables
                                + Pas de logiciel special requis

                Inconvénients:   - Necessite un sous-reseau de votre FAI (cher)

         Translation d'Adresse Reseau est le nom d'une boite qui aurait un groupe d'adresses 
         IP valides qu'il peut utiliser sur l'interface Internet. Quand sur le reseau interne,
         une machine veut acceder a Internet, il associe une des adresses IP VALIDES disponibles
         de son interface Internet a l'adresse IP PRIVEE qui a fait la demande. Ensuite, tout 
         le traffic est retranscrit de l'adresse IP public du NAT vers son adresse IP privee.
         Lorsque l'adresse NAT PUBLIQUE devient inactif pour une certaine periode predeterminee,
         l'adresse IP PUBLIQUE est rangee de nouveau dans le groupe d'adresses NAT publiques

         Le principal probleme de NAT est que, une fois que toutes les adresses IP publiques 
         disponibles sont utilisees, tout utilisateur prive qui demande un service Internet doit
         attendre qu'une adresse publique NAT se libere.
         
Pour une description très bien faite et très complète des différentes formes de NAT, veuillez SVP vous reporter à :

Voici un autre bon site pour apprendre des choses sur NAT, bien que beaucoup d'URLs sont anciennes, elles sont toujours valables :

Voici un très bon URL pour apprendre des choses sur les autres solutions NAT pour Linux mais aussi pour les autres plateformes :

7.7 Existe-t-il des outils de création/gestion de firewall avec interface graphique ?

Oui ! Ils ont différentes interfaces, complexités, etc. mais ils sont très bien bienque la plupart soit exclusivement pour l'outil IPFWADM. Voici une courte liste des outils disponibles, dans l'ordre alphabétique. Si vous en connaissez d'autres ou vous savez lesquels sont bien/mauvais/immondes, envoyez SVP un email à David

7.8 IP Masquerade fonctionne-t-il avec des adresses IP alouées dynamiquement ?

Oui, ça fonctionne, avec les IP dynamique, assignée par votre FAI via un serveur PPP ou DHCP/BOOTp. Bien sur les IP statiques fonctionnent aussi. Toutefois, si vous voulez implémenter un jeu de règle IPFWADM/IPCHAINS 'strong' ou utiliser un port forwarder, votre jeu de règles devra être réexecuté à chaque fois que votre IP change. Reportez vous SVP au debut de la section TrinityOS - Section 10 pour plus d'aide sur les jeux de règles 'strong' du firewall et les adressses IP dynamiques.

7.9 Puis-je utiliser un modem par cable (soit bidirectionnel, soit avec un modem pour le retour), une connexion DSL, un lien satellite, etc. pour me connecter à internet et utiliser IP Masquerade ?

OUI, tant que Linux est compatible avec l'interface réseau, ça devrait fonctionner. Si vous recevez une adresse IP dynamique, reportez vous SVP à l'URL de la partie "IP Masquerade fonctionne-t-il avec des adresses IP alouées dynamiquement" dans l'article de la FAQ si dessus.

7.10 Puis-je utiliser Diald ou la fonction Dial-on-Demand de PPPd avec IP MASQ?

Bien sûr ! IP Masquerading est totalement transparent pour Diald ou PPP. La seule chose qui pourrait poser problème est l'utilisation d'un jeu de règle 'strong' avec un adresse IP dynamique. Reportez vous à l'article de la FAQ " IP Masquerade fonctionne-t-il avec des adresses IP alouées dynamiquement" ci-dessus pour de plus amples détails.

7.11 Quels applications sont compatibles avec IP Masquerade?

C'est difficile de garder une liste de toutes les "applications qui fonctionnent". Cependant, la plupart des applications Internet classiques sont compatibles (les browser WWW (Netscape, MSIE, etc. FTP (tels que WS_FTP), TELNET, SSH, RealAudio, POP3 (email entrant - Pine, Eudora, Outlook), SMTP (email sortant), etc.) Une liste assez complète de clients compatibles MASQ peut être trouvé à la section Clients de ce HOWTO.

Les applications impliquant des protocoles plus compliqués ou des méthodes de connexion spéciales telles que la video conferencing ont besoin d'outils d'aide spéciaux.

Pour de plus amples détails, veuillez vous reporter SVP à la page Linux IP masquerading Applications

7.12 Comment puis-je faire fonctionner IP Masquerade sur Redhat, Debian, Slackware, etc.?

Peu importe quelle distribution Linux vous utilisez, les procédures pour configurer IP Masquerade mentionnées dans ce HOWTO devraient fonctionner. Quelques distributions peuvent avoir une interface graphique ou des fichiers de configurations speciaux qui peuvent rendre la configuration plus simple. Nous faisons le mieux que nous pouvons pour écrire ce HOWTO dans le cas le plus général possible.

7.13 Les connexions TELNET semblent s'interrompre si je ne les utilise pas souvent. Pourquoi ça ?

Par défaut, IP Masq, règles ses timers pour les sessions TCP, TCP FIN, et les traffics UDP à 15 minutes. Il est recommandé d'utiliser les réglages suivant (comme indiqué précédemment dans ce HOWTO au niveau du jeu de règles /etc/rc.d/rc.firewall ) pour la plupart des utilisateurs :

Linux 2.0.x avec IPFWADM:

#timeouts de MASQ  
#
#   timeout de 2heures pour les sessions TCP
#   timeout de 10secondes pour le traffic avoir reçu le paquet TCP/IP "FIN"
#   timeout de 60secondes pour le traffic UDP (les utilisateurs d'ICQ MASQ'ués 
#   doivent activé un timeout firewall de 30 secondes dans ICQ lui-même) 
#
/sbin/ipfwadm -M -s 7200 10 60

Linux 2.2.x avec IPCHAINS:

#timeouts de MASQ  
#
#   timeout de 2heures pour les sessions TCP
#   timeout de 10secondes pour le traffic avoir reçu le paquet TCP/IP "FIN"
#   timeout de 60secondes pour le traffic UDP (les utilisateurs d'ICQ MASQ'ués 
#   doivent activé un timeout firewall de 30 secondes dans ICQ lui-même) 
#
/ipchains -M -S 7200 10 60

7.14 Quand je me connecte une première fois à Internet, rien de fonctionne. Si j'essaie de nouveau, tout fonctionne correctement. Pourquoi ?

La raison est que vous avez une IP dynamique et que quand vous vous connectez à Internet, IP Masquerade ne connait pas votre IP. Il y a une solution à ce problème. Dans votre jeu de règles /etc/rc.d/rc.firewall, ajoutez ceci :

# Utilisateur d'IP dynamique :
#
#   Si vous recevez votre IP dynamiquement par SLIP, PPP ou DHCP, activez cette option
#   Ceci permet le hacking des IP dynamiques dans IP MASQ, rendant la vie
#   avec Diald et les programmes similaires plus simple.
#
echo "1" > /proc/sys/net/ipv4/ip_dynaddr

7.15 ( MTU ) - IP MASQ semble fonctionner correctement mais certain sites ne fonctionnent pas. D'habitude, ça arrive avec le FTP et le WWW.

Il y a deux raisons possibles à ce problème. La première est très COURANTE, et la seconde est très RARE

Changer le MTU d'une ligne PPP :

Anciennes interfaces series UNIX :

Utilisateurs de PPPoE :

Pour les utilisateurs de PPPoE (qui a un MTU maximal de 1490) ou pour ceux qui décident de ne pas utiliser un MTU de 1500, tout n'est pas perdu. Si vous reconfigurez TOUTES les machines MASQuées de façon à ce qu'elles utilisent le MEME MTU que celui de votre connexion externe à Internet, tout devrait fonctionner correctement. A noter cependant que certains FAI par PPPoE peuvent exiger un MTU de 1460 pour une connectivité correcte.

Comment vous pouvez faire cela ? Suivez ces quelques étapes pour votre système d'exploitation.

L'exemple suivant montre la configuration d'un MTU de 1490 pour une connexion PPPoE utilisée par certains utilisateurs de DSL ou de Cablemodems. Il est recommandé d'utiliser les valeurs les PLUS HAUTES possibles pour toutes les connexions dont le débit est supérieur ou égal à 128kb/s.

La seule raison d'utiliser un MTU plus petit est la latence au depend du débit. Reportez vous SVP à :

http://www.ecst.csuchico.edu/~dranch/PPP/ppp-performance.html#mtu

pour de plus amples détails sur ce sujet.

*** Si vous avez REUSSI, ECHOUE, ou que vous avez la procédure à suivre pour d'autres systèmes d'exploitations, *** envoyer SVP une email à DAVID Ranch. Merci !

Linux:



1. Le réglage du MTU peut changer d'une distribution à l'autre.

   Pour Redhat : Vous avez besoin de modifier les différentes déclarations "ifconfig'
                 dans /sbin/ifup script

   Pour Slackware : Vous avez besoin de modifier les différentes déclarations "ifconfig'
                    dans /etc/rc.d/rc1.inet

2. Voici un bon exemple qui marche avec toutes les distributions, modifiez le fichier
   /etc/rc.d/rc.local et mettez ceci à la FIN du fichier :

        echo "Changement du MTU de l'interface ETH0"
        /sbin/ifconfig eth0 mtu 1490

     Remplacez "eth0" par le nom de l'interface de votre machine qui est connectée à Internet.

3. Pour les options avancées telles que "TCP Receive Windows", des exemples détaillés
   sur la manière de modifier les scripts de réseau sur les différentes distributions
   Linux, etc. reportez vous SVP au Chapitre 16 de 
   http://www.ecst.csuchico.edu/~dranch/LINUX/index-linux.html#trinityos 

MS Windows 95:


1. TOUT changement dans la base de registre est risquée mais avec une copie de sauvegarde, 
   vous devriez être en sécurité. Continuez en CONNAISSANCE DE CAUSE.

2. Allez dans Start-->Run-->RegEdit

3. Vous devriez faire une copie de sauvegarde de votre Base De Registre avant de faire quoi 
   que ça soit.
   Pour ce faire, copiez les fichiers "user.dat" et "system.dat" du répertoire \WINDOWS 
   et mettez les en lieu sûr. Notez aussi, que la méthode mentionnée 
   précédemment utilisant "Regedit: Registry-->Export Registry File-->Save a copy of
   your registry" ne fait que de la FUSION de la Base de Registre et NON PAS son remplacement.

4. Cherchez dans chaque clé de la base de registre qui fini par "n" (c-à-d 0007) 
   qui à une entrée appelée "IPAddress" qui a votre adresse IP.
   Sous cette clé, ajoutez le texte suivant :

   Tiré de http://support.microsoft.com/support/kb/articles/q158/4/74.asp

     [Hkey_Local_Machine\System\CurrentControlset\Services\Class\NetTrans\000n]

         type=DWORD
         name="MaxMTU"           (NE PAS inclure les guillements)
         value=1490 (Decimal)    (NE PAS inclure le texte "(Decimal)")

         type=DWORD
         name="MaxMSS"           (NE PAS inclure les guillements)
         value=1450 (Decimal)    (NE PAS inclure le texte "(Decimal)")


5. Vous pouvez aussi changer le "TCP Receive Window" qui augmente parfois
   les performances réseau CONSIDERABLEMENT. Si vous remarquez que votre débit
   à DIMINUE, REMETTEZ les anciens réglages et redémarrez.

     [HKEY_LOCAL_MACHINE\System\CurrentControlSet\Services\VxD\MSTCP]
        type=DWORD
        name="DefaultRcvWindow"   (NE PAS inclure les guillements)
        value=32768 (Decimal)     (NE PAS inclure le texte "(Decimal)")

        type=DWORD
        name="DefaultTTL"         (NE PAS inclure les guillements)
        value=128 (Decimal)       (NE PAS inclure le texte "(Decimal)")


6. Rebootez pour que les changements soit pris en compte.

MS Windows 98:



1. TOUT changement dans la base de registre est risquée mais avec une copie de sauvegarde, 
   vous devriez être en sécurité. Continuez en CONNAISSANCE DE CAUSE.

2. Allez dans Start-->Run-->RegEdit

3. Vous devriez faire une copie de sauvegarde de votre Base De Registre avant de faire quoi que
   ça soit. Pour ce faire, copiez les fichiers "user.dat" et "system.dat" du répertoire
   \WINDOWS et mettez les en lieu sûr. Notez aussi, que la méthode mentionnée 
   précédemment utilisant "Regedit: Registry-->Export Registry File-->Save a copy of your
   registry" ne fait que de la FUSION de la Base de Registre et NON PAS son remplacement.

4. Cherchez dans chaque clé de la base de registre qui fini par "n" (c-à-d 0007) 
   qui à une entrée appelée "IPAddress" qui a votre adresse IP. Sous cette clé,
   ajoutez le texte suivant :

   Tiré de http://support.microsoft.com/support/kb/articles/q158/4/74.asp

     [Hkey_Local_Machine\System\CurrentControlset\Services\Class\NetTrans\000n]

         type=STRING
         name="MaxMTU"            (NE PAS inclure les guillements)
         value=1490 (Decimal)     (NE PAS inclure le texte "(Decimal)")


5. Vous pouvez aussi changer le "TCP Receive Window" qui augmente parfois
   les performances réseau CONSIDERABLEMENT. Si vous remarquez que votre débit
   à DIMINUE, REMETTEZ les anciens réglages et redémarrez.

     [HKEY_LOCAL_MACHINE\System\CurrentControlSet\Services\VxD\MSTCP]
        type=DWORD
        name="DefaultRcvWindow"   (NE PAS inclure les guillements)
        value=32768 (Decimal)     (NE PAS inclure le texte "(Decimal)")

        type=DWORD
        name="DefaultTTL"         (NE PAS inclure les guillements)
        value=128 (Decimal)       (NE PAS inclure le texte "(Decimal)")


6. Rebootez pour que les changements soit pris en compte.

MS Windows NT 4.x



1. TOUT changement dans la base de registre est risquée mais avec une copie de sauvegarde, 
   vous devriez être en sécurité. Continuez en CONNAISSANCE DE CAUSE.

2. Allez dans Start-->Run-->RegEdit


3. Registry-->Export Registry File-->Sauvegardez une copie de votre base de registre dans un 
   endroit sûr

4. Créer les clés suivantes dans les deux Bases de Registre possible.
   Des entrées multiples correspondent à differentes connexions réseaux tels
   que PPP, Ethernet NICs, VPNs PPTP, etc.

   http://support.microsoft.com/support/kb/articles/Q102/9/73.asp?LN=EN-US&SD=gn&FR=0


   [HKEY_LOCAL_MACHINE\SYSTEM\CurrentControlSet\Services\Parameters\Tcpip]
                     and
   [HKEY_LOCAL_MACHINE\SYSTEM\CurrentControlSet\Services\<Adapter-name>\Parameters\Tcpip]

      Remplacez "<Adapter-Name>" par le nom du lien de l'interface de votre LAN connectée 
      à Internet

         type=DWORD
         name="MTU"              (NE PAS inclure les guillements)
         value=1490 (Decimal)    (NE PAS inclure le texte "(Decimal)")

       (NE PAS inclure les guillements)


 *** Si vous savez aussi comment changer MSS, la taille de la fenêtre TCP, et les
 *** parametres TTL dans NT 4.x, envoyez SVP un  email à dranch@trinnet.net parce que 
 *** j'adorerais les ajouter à ce HOWTO.

5. Rebootez pour que les changements soit pris en compte.

MS Windows 2000


1. TOUT changement dans la base de registre est risquée mais avec une copie de sauvegarde, 
   vous devriez être en sécurité. Continuez en CONNAISSANCE DE CAUSE.

2. Allez dans Start-->Run-->RegEdit


3. Registry-->Export Registry File-->Sauvegardez une copie de votre base de registre 
   dans un endroit sûr

4. Naviguez jusqu'à la clé :

[HKEY_LOCAL_MACHINE\SYSTEM\CurrentControlSet\Services\Tcpip\Parameters\Interfaces\<ID for Adapter>

   Chaque ID Adapter à une clé par default pour le DNS, l'adresse TCP/IP, la passerelle
   par defaut, le masque de sous réseau, etc. Trouvez la clé qui correspond à
   votre carte réseau.

5.  Créez l'entrée suivante :

      type=DWORD
      name="MTU"                                (NE PAS inclure les guillements)
      value=1490 (Decimal)      (NE PAS inclure le texte "(Decimal)")

http://support.microsoft.com/support/kb/articles/Q120/6/42.asp?LN=EN-US&SD=gn&FR=0

 *** Si vous savez aussi comment changer MSS, la taille de la fenêtre TCP, et les
 *** parametres TTL dans NT 4.x, envoyez SVP un  email à dranch@trinnet.net parce que 
 *** j'adorerais les ajouter à ce HOWTO.

5. Rebootez pour que les changements soit pris en compte.

Comme déclaré si dessus, si vous savez comment effectuer ces changement pour d'autres OS tels que OS/2, MacOS, etc. envoyez SVP un email David Ranch pour qu'ils puissent être inclus dans ce HOWTO.

7.16 les clients FTP MASQués ne fonctionnent pas.

Vérifiez si le module "ip_masq_ftp" est chargé. Pour ce faire, logguez vous sur le serveur MASQ et tapez la commande "/sbin/lsmod". Si vous ne voyez pas "ip_masq_ftp" chargé, verifiez que vous avez bien suivi les recommandations du /etc/rc.d/rc.firewall BASIQUE que vous trouverez à la section firewall-examples . Si vous implémentez votre propre jeu de règles, faites en sorte d'inclure la plupart des exemples de ce HOWTO ou vous aurez encore de nombreux problèmes.

7.17 l'IP Masquerading semble lent

Il peut y avoir deux raisons à cela :

7.18 IP Masquerading avec PORTFWing semble s'arrêter quand ma ligne est inactive pendant de longs périodes

Si vous avez une ligne DSL ou par Cablemodem, ce comportement est malheureusement très commun. Ce qui se passe c'est que votre FAI met votre connexion dans une file de priorité très faible pour mieux servir les connexions qui ne sont pas inactives. Le problème est que la connexion de quelques utilisateurs finaux va effectivement être COUPEE jusqu'à ce que le traffic de la connexion de l'utilisateur reveille le matériel du FAI.

Qu'est-ce que je recommande de faire ? Faites un ping vers votre passerelle par défaut toutes les 30 secondes. Pour se faire, modifiez le fichier /etc/rc.d/rc.local et ajoutez la ligne suivante à la fin du fichier :


         ping -i 30 100.200.212.121 > /dev/null &

Remplacez 100.200.212.121 par votre routeur par défaut (routeur en amont).

7.19 Maintenant que j'ai l'IP Masquerading qui fonctionne, j'ai plein de sortes de messages d'erreurs et d'avertissements bizarres dans les fichiers log SYSLOG. Comment faut-il lire les erreurs du firewall IPFWADM/IPCHAINS ?

Il y a sans doute deux choses que vous allez couramment voir :

7.20 Puis-je configurer IP MASQ de façon à permettre aux Internautes de contacter directement un server interne MASQué ?

Oui ! Avec IPPORTFW, vous pouvez permettre TOUT ou seulement une partie des Internautes de contacter TOUTE machine interne MASQuée. Ce sujet est entièrement traité dans la section Forwarders de ce HOWTO.

7.21 Je reçois des "kernel: ip_masq_new(proto=UDP): no free ports." dans mon fichier SYSLOG. Que se passe-t-il ?

Une des machines MASQuée interne crée un nombre anormalement grand de paquets destinés à Internet. Comme le serveur IP Masq construit une table MASQ et forward ces paquets vers Internet, la table se remplit rapidement. Une fois que la table est pleine, elle va générer des erreurs.

La seule application que je connaisse qui puisse temporairement casser Linux IP Masquerade est GameSpy. Pourquoi ? Quand il actualise ses listes, il crée des dizaines de milliers de connexions rapides pendant une TRES courte période. Jusqu'au timeout de ces sessions, les tables de MASQ sont pleines ("FULL"). Reportez vous à la section No-Free-Ports pour de plus amples détails.

Donc que pouvez-vous faire contre ça ? Pratiquement, n'utilisez pas de programmes qui générent ce genre de choses. Si vous recevez ce genre d'erreurs dans vos logs, trouvez le et arrêtez de l'utiliser. Si vous aimez vraiment GameSpy, ne faites pas beaucoup de reactualisation de serveurs. De toute façon, une fois que vous arrêtez le programme MASQué, cette erreur MASQ va disparaître puisque ces connexions vont faire des 'timeouts' dans les tables de MASQ.

7.22 Je reçois "ipfwadm: setsockopt failed: Protocol not available" quand j'essaie d'utiliser IPPORTFW!

Si vous recevez le message "ipfwadm: setsockopt failed: Protocol not available", c'est que vous n'êtes pas sous le nouveau noyau. Verifiez que vous l'avez bien installé, relancer votre BootLoader (LILO), et redemarrez.

Reportez vous SVP à la fin de la section Forwarders pour de plus amples détails.

this Microsoft KnowledgeBase article.

Le premier moyen de contournement est de configurer IPPORTFW de la section Forwarders et de portforwarder les ports 137, 138 et 139 vers les IP de la machine interne Windows. Bienque cette solution fonctionne, elle ne peut marcher que pour UNE machine interne.

La seconde solution est d'installer et de configurer Samba sur le serveur Linux MASQ. Avec Samba de lancé, vous pouvez mapper vos partages de Fichier et d'Imprimantes Windows sur le serveur Samba. Vous pouvez ensuite monter ces nouveaux partages SMB vers tout vos clients externes. La configuration de Samba est entièrement traitée dans un HOWTO que vous pourrez trouver sur le site du Linux Documentation Project et dans le document TrinityOS.

La troisième solution est de configurer un VPN (virtual private network ou réseau privé virtuel) entre les deux machines Windows ou entre les deux réseaux. Ceci peut être réalisé via PPTP ou via les solutions VPN IPSEC. Il y a un patch PPTP pour linux et aussi un implémentation complète de IPSEC disponibles pour les deux noyaux 2.0.x et 2.2.x. Cette solution est sans doute la plus stable et la plus sécurisée des trois.

Toutes ces solutions de sont PAS traitées dans ce HOWTO. Je vous recommande de regarder la documentation de TrinityOS pour l'aide sur IPSEC et la page PPTP de John Hardin pour de plus amples informations.

Veuillez aussi comprendre SVP que le protocole SMB de Microsoft est TRES peu sûr. C'est pour cela que d'avoir des traffics de partage de fichiers ou d'imprimante, et de domaine windows de Microsoft sur Internet sans encryption est une TRES MAUVAISE idée.

7.24 ( IDENT ) - IRC ne fonctionne pas correctement pour les utilisateurs MASQués. Pourquoi?

La raison la plus courante est que les serveurs IDENT ou "Identity" de la plupart des distributions Linux ne peuvent pas travailler avec des liens IP Masqueradés. Pas d'inquiétudes toutefois, il existe des IDENTs qui fonctionnent.

L'installatin de ce logiciel sort du cadre de ce HOWTO mais chaque utilitaire a sa propre documentation. Voici quelques un des URLS :

Veuillez noter que certains serveur IRC ne permettront toujours pas des connexions multiples à partir de la même machine (comprendre ici même IP), même s'ils recupèrent les infos Ident et que les utilisateurs sont différents. Vous pouvez vous plaindre à l'administrateur système du serveur distant :-)

7.25 ( DCC ) - mIRC ne marche pas avec les DCC Sends

Ceci est un problème de configuration de votre version de mIRC. Pour le résoudre, deconnecter mIRC de votre serveur IRC. Maintenant dans mIRC, allez dans File --> Setup et cliquez sur la languette "IRC servers". Verifiez que le port est réglé sur 6667. Si vous avez besoin d'autres ports, reportez vous ci dessous. Ensuite, allez dans File --> Setup --> Local Info et effacer les champs Local Host et IP Address. Maintenant cochez les cases de "LOCAL HOST" et "IP address" (IP address peut être coché et désactivé). Ensuite, dans "Lookup Method", réglez sur "normal". Ca ne marchera PAS si "server" est sélectionné. C'est tout. Essayez de vous connecter au serveur IRC de nouveau.

Si vous avez besoin de ports pour le serveur IRC différents de 6667, (par exemple 6969) vous devez modifier votre fichier /etc/rc.d/rc.firewall là où vous chargez le module MASQ IRC. Modifiez ce fichier et la ligne contenant "modprobe ip_masq_irc" et ajoutez cette ligne : "ports=6667,6969". Vous pouvez ajoutez autant de ports que vous voulez, séparés par des virgules.

Enfin, fermez tous les clients IRC lancé sur les machines MASQuées et redémarrez le module MASQ IRC :

/sbin/rmmod ip_masq_irc /etc/rc.d/rc.firewall

7.26 ( IP Aliasing ) - IP Masquerade peut-il fonctionner avec UNE seule carte Ethernet ?

Oui et non. Avec la fonctionnalité "IP Alias" du noyau, les utilisateurs peuvent régler plusieurs interfaces aliasées tels que eth0:1, eth0:2, etc mais il N'est PAS recommandé d'utiliser ces interfaces aliasées pour l'IP Masquerading. Pourquoi ? Fournir un firewall sûr devient très difficile avec une seule carte réseau. En plus, vous allez trouver une quantité anormale d'erreurs sur cette liaison puisque les paquets entrant vont être envoyés presque simultanément vers l'extérieur. A cause de tout celà, et du fait qu'une carte réseau coute moins de 150F, je vous recommande vivement d'en acheter une pour chaque segment de réseau MASQué.

Les utilisateurs devraient aussi comprendre que IP Masquerading ne fonctionne que sur des interfaces physiques telles que eth0, eth1, etc. MASQuer une interface aliasée telles que "eth0:1, eth1:1, etc" NE fonctionnera PAS. En d'autres termes, ce qui suit ne fonctionnera PAS :

Si vous voulez toujours utiliser des interfaces aliasées, vous devez activer la fonction "IP Alias" du noyau. Vous devrez recompiler et redemarrer. Une fois sous le nouveau noyau, vous devez configurer Linux de manière à ce qu'il utilise la nouvelle interface (i.e. /dev/eth0:1, etc.). Ensuite, vous pouvez la considerer comme une interface Ethernet normale avec toutefois quelques restrictions comme celui ci-dessus.

7.27 ( MULTI-LAN ) - J'ai deux LANs MASQués mais je ne peux pas communiquer de l'un vers l'autre !

Reportez vous SVP à la section multiple-masqed-lans pour les détails complets.

7.28 ( FACONNAGE ) - Je voudrais être capable de limiter la vitesse de certains types spécifiques de traffic

Ce sujet n'a vraiment rien à voir avec IPMASQ et concerne ce qui touche au façonnage du traffic et de la limitation des taux de Linux. Reportez vous SVP au fichier /usr/src/linux/Documentation/networking/shaper.txt de vos sources locales du noyau pour de plus amples détails.

Vous trouverez aussi plus d'informations sur ce sujet et plusieurs URLs dans la section 2.2.x-Requirements d'IPROUTE2.

7.29 ( COMPATIBILITE ) - J'ai besoin de faire de la comptabilité sur les personnes qui utilisent le réseau

Bienque ca n'est pas grand chose à voir avec IPMASQ, voici quelques idées. Si vous connaissez de meilleures solutions, envoyez SVP un email à l'auteur de ce HOWTO pour qu'il puisse l'inclure dedans.

7.30 ( IPs MULTIPLEs ) - J'ai plusieurs adresses IP EXTERNES que je veux PORTFWer vers plusieurs machines internes. Comment je peux faire ça ?

Vous NE POUVEZ PAS. MASQ est un NAT 1:Many (1 vers plusieurs) et n'est pas le bon outil pour faire ca. Vous cherchez une solution NAT Many:Many qui est une installation NAT traditionnelle. Jetez un coup de d'oeil sur l'entrée shaping de la FAQ pour de plus amples détails sur l'outil IPROUTE2 qui fera ce dont vous avez besoin.

Pour les personnes ici qui compte activer plusieurs adresses IP sur une seule interface réseau avec "IP Alias" et ensuite PORTFWer TOUT les ports (0-65535) et utiliser IPROUTE2 pour entretenir les bonnes correspondances des IP source/destination : ça a été réalisé AVEC SUCCES sur les noyaux 2.0.x et avec moins de réussite sur les noyaux 2.2.x. Sans considération du succès, ce n'est pas la bonne façon de faire ça et ce n'est pas une configuraion MASQ compatible. Jetez un coup d'oeil sur IPROUTE2 SVP... c'est la bonne manière de faire du vrai NAT.

Autre chose à noter aussi :

Si vous avez une connexion DSL ou Cablemdem routée (pas PPPoE), les choses se compliquent un peu plus parce que votre installation n'est pas routée. Pas d'inquiétudes cependant, reportez vous au document "Bridge+Firewall, Linux Bridge+Firewall Mini-HOWTO" sur LDP. Vous y apprendrez à faire reconnaitre à votre machine Linux plusieurs adresses IP sur une seule interface !

7.31 J'essaie d'utiliser la commande NETSTAT pour me montrer mes connexions Masqueradées mais ca marche pas

Il peut y avoir un problème avec le programme "netstat" sur les distribs basées sur Linux 2.0.x. Après le redemarrage de Linux, la commande "netstat -M" fonctionne bien mais apres qu'un ordinateur MASQué lance plusieurs fois des traffics ICMP avec succès, tels que ping, traceroute, etc., vous obtiendrez peut-être quelquechose du style :

masq_info.c: Internal Error `ip_masquerade unknown type'.

La manière de détourner ce problème est de lancer la commande "/sbin/ipfwadm -M -l". Vous remarquerez aussi qu'après les timeouts des entrées masquerade ICMP, "netstat" fonctionne de nouveau.

7.32 ( VPNs ) - Je voudrais faire fonctionner Microsoft PPTP (tunnels GRE) et/ou les tunnels IPSEC (Linux SWAN) à travers IP MASQ

C'EST possible. Cependant c'est quelque peu hors de la portée de ce document, vous pouvez vous reporter à la page de John Hardin PPTP Masq pour tous les détails.

7.33 Je veux faire fonctionner le jeu réseau XYZ à travers IP MASQ mais ca fonctionne pas. A l'aide !

D'abord, allez ici : Steve Grevemeyer's MASQ Applications page. Si vous ne trouvez pas de solution là-bas, essayer de patcher le noyau Linux avec le patch LooseUDP de Glenn Lamb, qui est traitée dans la section LooseUDP ci-dessus. Vous pouvez aussi regarder la NAT Page de Dan Kegel pour plus d'informations.

Si vous avez les aptitudes technique pour utiliser "tcpdump" et sniffer votre réseau, essayer de trouver quels protocoles et quels numéros de port votre jeu XYZ utilise. Avec ces informations en main, abonnez vous a la IP Masq email list et envoyer vos résultats pour obtenir de l'aide.

7.34 IP MASQ fonctionne bien pendant un certain temps puis s'arrête de marcher. Un redémarrage semble résoudre ce problème pour un certain temps. Pourquoi ?

Je parie que vous utilisez IPAUTOFW et/ou vous l'avez compilé dans le noyau hein ?? C'est un problème reconnu de IPAUTOFW. Il est recommandé de NE PAS configurer IPAUTOFW dans le noyau Linux et d'utiliser IPPORTFW à la place. Ceci est traité en detail dans la section Forwarders .

7.35 Les ordinateurs internes MASQués ne peuvent pas envoyer d'email SMTP ou POP-3 !

Bienque ceci ne soit pas un problème dû au Masquerading, beaucoup de personnes l'ont mentionné.

SMTP: Le problème est que vous utilisez probablement votre machine linux comme un serveur de relais SMTP et vous recevez l'erreur suivante :

"error from mail server: we do not relay"
Les versions récentes de Sendmail et d'autres Mail Transfer Agents (MTAs) désactivent le relaying par défaut (c'est une bonne chose). Donc pour résoudre le problème, faites ceci :

POP-3: Certains utilisateurs configurent leur ordinateurs internes MASQués de manière à ce que leurs clients POP-3 se connectent sur un serveur SMTP externe. Bienque que cela soit correct, de nombreux serveurs SMTP vont essayer d'identifier (IDENT) votre connexion sur le port 113. Il est très probable que votre problème vienne du fait que votre politique par défaut pour Masquerade soir DENY (refuse). C'est mal. Changez-le en REJECT (rejette) et relancer votre jeu de règles rc.firewall.

7.36 ( IPROUTE2 ) - J'ai besoin que différents réseaux internes MASQués puissent sortir sur différentes adresses IP externes

Disons que vous avez l'installation suivant : Vous avez plusieurs réseaux internes et aussi plusieurs adresses IP externes et/ou réseaux. Ce que vous voulez faire c'est que le LAN#1 n'utilise que l'IP externe IP#1 et vous voulez aussi que le LAN#2 utilise l'IP externe IP#2.

LAN interne ----------> IP officielle

LAN #1 IP externe #1 192.168.1.x --> 123.123.123.11

LAN #2 IP externe #2 192.168.2.x --> 123.123.123.12

En gros, ce que nous avons décrit ici est un routage, PAS seulement sur l'adresse de destination (routage IP usuel) mais aussi un routage basé sur l'adresse SOURCE. Ceci est appelé "routage basé sur une politique" ("policy-based routing") ou "routage par source" ("source routing"). Cette fonctionnalité n'est PAS disponible dans les noyaux 2.0.x, mais l'*EST* pour les noyaux 2.2.x via le package IPROUTE2, et est implémenté dans le nouveau noyau 2.4.x avec IPTABLES.

Vous devez tout d'abord comprendre que IPFWADM et IPCHAINS ne rentrent en action qu'*APRES* que le moment où le système de routage a décidé de l'endroit où il va envoyer un paquet donné. Cet énoncé est très important est devrait être estampé avec de grosses lettres rouges sur toute documentation sur IPFWADM/IPCHAINS/IPMASQ. C'est pourquoi les utilisateurs DOIVENT installer leur routage d'abord et commencer à ajouter IPFWADM/IPCHAINS et/ou des fonctions Masq.

Dans l'exemple précédent, vous devez dire au système de routage de diriger les paquets en provenance de 192.168.1.x via 123.123.1233.11 et les paquets en provenance de 192.168.2.x via 123.123.123.12. C'est la partie difficile du travail, ajouter Masq par dessus un routage correct est facile.

Pour faire ce routage élégant, vous utiliserez IPROUTE2. Comme cette fonction n'a rien à voir avec IPMASQ, ce HOWTO ne le traite pas en détail. Referez vous SVP à 2.2.x-Requirements pour des URL et une documentation sur ce sujet.

Les commandes sont les même que les commandes "iprule" et "iproute" (je préfére le premier puisqu'il est plus facile de le chercher). Les commandes ci-dessous ne sont pas testées, si elles ne fonctionnent pas, veuillez contacter l'auteur de IPROUTE2... pas David Ranch ou qui que ce soit dans la mailing list de Masq puisque ça n'a RIEN avoir avec IP Masquerading.

Les toutes premières commandes ont seulement besoin d'être lancé une fois au démarrage, disons dans le fichier /etc/rc.d/rc.local


# Permets aux LANs internes de communiquer entre eux, pas de masq.
  /sbin/iprule add from 192.168.0.0/16 to 192.168.0.0/16 table main pref 100
# Tout autre traffic de 192.168.1.x est externe, pris en charge par la table 101
  /sbin/iprule add from 192.168.1.0/24 to 0/0 table 101 pref 102
# Tout autre traffic de 192.168.2.x est externe, pris en charge par la table 102
  /sbin/iprule add from 192.168.2.0/24 to 0/0 table 102 pref 102

Ces commandes ont besoin d'être testées quand eth0 est configuré, peut-être dans 
/etc/sysconfig/network-scripts/ifup-post (systèmes RedHat). Lancez les une fois 
à la main pour être sur qu'ils fonctionnent.

# la table 101 force tous les paquets qui lui sont assigné a sortir via 123.123.123.11
  /sbin/iproute add table 101 via 62123.123.123.11
# la table 102 force tous les paquets qui lui sont assigné a sortir via 123.123.123.12
  /sbin/iproute add table 102 via 62123.123.123.12

A partir de là, vous devriez voir que les paquets provenant de 192.168.1.x partant 
vers le monde extérieur sont routes; via 123.123.123.11, et les paquets de
192.168.2.x sont routé via 123.123.123.12.

Une fois que le routage est correct, vous pouvez ajouter les règles IPFWADM et IPCHAINS.
Les exemples suivants sont pour IPCHAINS :

/sbin/ipchains -A forward -i ppp+ -j MASQ

Si tout ce goupille bien, le code de masq va voir les paquets routés via
123.123.123.11 et 123.123.123.12 et va utiliser ces adresses comme adresse source masq.

7.37 Pourquoi les nouveaux noyaux 2.1.x et 2.2.x utilisent IPCHAINS au lieu de IPFWADM ?

IPCHAINS possède les fonctions suivantes que IPFWADM ne possède pas :

7.38 Je viens de faire la mise à jour vers le noyau 2.2.x, pourquoi IP Masquerade ne fonctionne pas ?

Il y a plusieurs choses que vous devez vérifier, si on considère que votre machine Linux IP Masq est bien connectée à Internet et à votre LAN :

7.39 Je viens de faire la mise à jour vers le noyau 2.0.38+, pourquoi IP Masquerade ne fonctionne pas ?

Il y a plusieurs choses que vous devez vérifiant, si on considère que votre machine Linux IP Masq est bien connectée a Internet et à votre LAN :

7.40 J'ai besoin d'aide sur les connexions EQL et IP Masq

EQL n'a rien à faire avec IP Masq bienqu'ils soient souvent combinés sur les machines Linux. C'est pourquoi, je vous recommande de voir la nouvelle version de Robert Novak's EQL HOWTO pour vos besoins sur EQL.

7.41 J'arrive pas faire fonctionner IP Masquerade ! Quelles options ai-je pour les Plateformes Windows ?

Vous voulez abandonner une solution gratuite, sûre, haute performance qui fonctionne avec un minimum de ressources matérielles pour quelquechose qui a besoin de plus de matériel, avec des performances inférieures et moins sûr ? (AMHO. Et oui, j'ai des expériences grandeur nature de ces choses là ;-)

Okay, c'est votre choix. Si vous voulez une solution NAT et/ou proxy Windows, voici une liste convenable. Je n'ai pas de préférence pour ces outils puisque je ne m'en suis jamais servi.

Enfin faites une recherche sur le web sur "MS Proxy Server", "Wingate", "WinProxy", ou allez sur www.winfiles.com. Et ne dites surtout a personnes que c'est nous qui vous envoyons.

7.42 Je voudrais aider à developper IP Masquerade. Que puis-je faire ?

Abonnez vous à la mailing list Linux IP Masquerading DEVELOPERS et demander aux développeurs sur quoi vous pouvez aider. Pour plus de détails sur comment s'abonner aux mailing lists, regardez la section Masq-List de la FAQ.

SVP NE posez PAS de questions non relatifs au développement d'IP Masquerade là-bas !!!!

7.43 Où puis-je trouver plus d'informations sur IP Masquerade?

Vous pouvez trouvez plus d'informations sur IP Masquerade ici : Linux IP Masquerade Resource, site dont s'occupe David Ranch.

Vous pouvez aussi trouver des informations sur Dranch's Linux page, où se trouvent les documents de TrinityOS et d'autres documents sur Linux.

Vous pouvez aussi trouver des informations sur The Semi-Original Linux IP Masquerading Web Site entretenu par Indyramp Consulting, qui fournit aussi les mailing lists IP Masq.

Enfin, vous pouvez trouver des réponses aux questions spécifiques dans les archives des mailing lists IP MASQ et IP MASQ DEV. Reportez vous à la FAQ Masq-List pour de plus amples détails.

7.44 Je veux traduire ce HOWTO dans une autre langue, que dois-je faire ?

Assurez vous que la langue dans laquelle vous voulez traduire n'est pas déjà traitée par quelqu'un d'autre. Mais la plupart des HOWTOs traduits sont VIEUX et ont besoin d'être mis à jour. Une liste des HOWTO traduits est disponible ici : Linux IP Masquerade Resource.

Si une copie de la version en cours de l'IP MASQ HOWTO n'existe pas dans la langue que vous proposez, téléchargez SVP la version la plus récente du code SGML de l'IP-MASQ HOWTO ici : Linux IP Masquerade Resource. De là, continuez votre travail tout en produisant du bon code SGML. Pour plus d'aide sur le SGML, vous pouvez voir www.sgmltools.org

7.45 Ce HOWTO semble périmé, continuez vous à le mettre à jour ? Pouvez vous inclure plus d'information sur ... ? Comptez vous le rendre meilleur ?

Oui, ce HOWTO est toujours mis à jour. Par le passé, j'ai été coupable d'être trop occupé avec deux emplois et ne pas avoir assez de temps pour travailler dessus, mes excuses. A partir de v1.50, David Ranch a commencé à réaménager ce document et le maintenir à jour.

Si vous pensez qu'un sujet devrait être ajouté à ce HOWTO, envoyez SVP un email à ambrose@writeme.com and dranch@trinnet.net. Ca serait encore mieux si vous pouviez fournir ces informations. Nous incluerons alors ces informations dans ce HOWTO si nous les trouvons appropriées et quand nous les aurons testées. Merci beaucoup pour vos contributions !

Nous avons beaucoup de nouvelles idées et de plans pour améliorer ce HOWTO, tels que des études de cas qui vont traiter différentes installations réseaux impliquant de IP Masquerade, plus de sécurité via des jeux de règles IPFWADM/IPCHAINS 'strong', plus d'entrées dans la FAQ, etc. Si vous pensez pouvoir nous aider, SVP faites le ! Merci.

7.46 Je viens de faire marcher IP Masquerade, c'est super ! Je veux vous remercier les gars, que puis-je faire ?

8. Divers

8.1 Sources Utiles

NDT : Toutes ces sources sont bien entendu anglophone et j'ignore s'il existe des versions traduites pour les documents mentionnés.

8.2 Sources Linux IP Masquerade

La Linux IP Masquerade Resource est un site web dédié à Linux IP Masquerade dont s'occupe aussi Ambrose Au. Il a les dernières informations relatif à IP Masquerade et toute autre information qui pourrait ne pas être inclus dans ce HOWTO.

Vous pouvez trouver La Linux IP Masquerade Resource aux endroits suivant :

8.3 Merci aux personnes suivantes :

Par ordre alphabétique :

8.4 Reference

8.5 Changes